En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les paquebots de la SNCM, bloqués à quai depuis six jours, pénalisent peu le trafic de voyageurs mais plus celui du fret.
 

Sixième jour de débrayage ce mardi 7 janvier pour les salariés de la Société nationale Corse Méditerranée. Si le transport de passagers ne devrait être que peu affecté par cette grève, le transport de marchandise, lui, est à la peine.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Niellu
    Niellu     

    Quand on élimine les commentaires des anti CGT-STC- Corses chroniques quel que soit le problème abordé, il reste l’expérience personnelle qui, elle non plus, au gré des circonstances n’est pas forcément objective. Ainsi, ayant eu recours par deux fois à la CF, je me suis promis qu’il n’y aurait pas de troisième fois : je n’ai pas payé moins cher qu’à la SNCM pour un service lamentable. Ceci étant, nous avons d’un côté une compagnie dont les dysfonctionnements émanent de responsabilités diverses et nombreuses jusqu’au plus haut niveau et de l’autre une concurrente qui tente de profiter de cette situation à l’aide, dit-on, de moyens peu orthodoxes : taxes empochées et non reversées, personnel étranger sous-payé, comptes obscurs, aide sociale apparemment utilisée à d’autres fins, subventions nationales bien qu’étant étrangère et bénéficiant d’une paix royale auprès des diverses instances de contrôle et de l’ indulgence outrageusement partisane des anti SNCM chroniques. Que l’on mette une bonne fois pour toutes ces arcanes au grand jour, on y verra enfin plus clair et l’on pourra alors se permettre d’émettre un jugement objectif sur la situation actuelle. Jusque là, la querelle restera essentiellement idéologique et ce, aux dépens des usagers.

  • chris13
    chris13     

    Ce n'est pas la SNCM qui bloque la Corse mais ces maffieux de la CGT ..
    Ils ont détruits tous les emplois sur le Port de Marseille et les emplois chez les sous-traitants, si Marseille a tant de chômage , c'est à cause d'eux; Avant tous les jeunes trouvaient un emploi sur le Port, dans ma famille ils travaillaient tous directement ou indirectement avec le Fret, les réparations ou les navires, aujourd'hui c'est mort , il reste quelques emplois sur le port et si vous voulez avoir une chance de travailler ou d'être doker, il faut impérativement être encarté à la CGT, c'est un gang , une maffia !

  • la gratouille
    la gratouille     

    Sans la SNCM le traffic avec la corse poserait moins de problèmes.Comme ils sont quasiment en faillite pourquoi insister...!

  • klauss
    klauss     

    Bande de fainéants à la solde du contribuable, et la CGT le fossoyeur des entreprises; Dehors, tous comme le Monarque.
    La Corcica, entreprise privée, gagne, elle, de l'argent et qui plus est les prestations sont de très bons niveaux. non rien à voir!! Moi j'ai bouffé (oui, c'est le bon mot) sur la SMCM, franchement DÉGUEULASSE

  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Ben, et si les producteurs de clémentines les lançaient sur les permanences syndicales ?
    Attention, pas confondre avec l'arrosage de gendarmerie avec des pruneaux, là, je suggère que des fruits et légumes ... (5 par jour, plus si affinités !)

  • kent
    kent     

    Tout ce qui entrave les bêtises gouvernementales n'est que justice, lorsque l'on est gouvernés par gens dont l’incompétence n'est plus à démonter !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Les joies du syndicalisme : un syndicat bloque pour se plaindre du blocage d'un autre syndicat. Et le président de la France, l'autorité incarnée pour taper du poing sur la table, il est où ? Le changement c'est maintenant...

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Ici il s'agit d'une prise d'otage d'une population insulaire toute entière et de son économie. La Corse envoie des clémentine sur la métropole afin de les vendre. Avec cette prise d'otage les syndicats égoïstes s'en prennent à toute une économie. La police doit intervenir afin de rétablir l'état de droit qui se trouve bafoué une fois de plus dans cette affaire.

Votre réponse
Postez un commentaire