En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les 35h doivent-elles revenir sur le devant de la scène ?
 

François Fillon et Jean-François Copé, prétendants à la présidence de l'UMP, discuteront notamment de la durée légale du temps de travail ce jeudi soir. Sujet qui divise patrons et spécialistes de l'histoire des relations sociales.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • sphere
    sphere     

    je ne suis pas d'accord avec toi javert,
    le problème ce n'est pas de permettre aux gens de travailler 42 heures car ça, ils le peuvent déjà mais c'est de pouvoir les faires ces 42h. si tu bosses 42h de janvier à juin mais qu'après on te dit qu'il n'y a plus assez de boulot et que donc tu seras en chômage partiel le reste de l'année, ou est l'intérêt? on ce dirige vers une flexibilité qui est malsaine. le problème, c'est que aujourd'hui, on va te demander de travailler 40 heures en étant payer 35 ... pour que dans le cas ou il n'y aurait plus assez de boulot, que tu puisses piocher dans un contingent d'heure que tu cumules et voir ensuite piocher dans nos impôts pour payer les gens en chômage partiel (ce fut le cas en Allemagne, ou l'on a pu voir les limites de cette fléxibilité. après avoir fait pendant plus de 6 mois d'heure supplémentaire, puis épuiser leur contingent d'heure de récupération suite au manque d'activité, certaines entreprises ont fait du chantage à l'emplois pour que le gouvernement allemand paie les 2 derniers mois de salaire à leurs salariés.) . ce qui veut dire que si tu bosses, 20 heures ou 50 heures, ta paye sera exactement la même!

  • erwan75
    erwan75     

    sous Napoléon III, l'économie n'était pas mondialisée ... :)

  • Aramis
    Aramis     

    Bien vu Javert !!!

  • Javert
    Javert     

    Tant qu'on n'oblige pas les banques à réinvestir plus de la moitié de notre épargne sur notre sol, nous n'aurons jamais les moyens d'être productifs à moins de travailler 50heures payés à 200 euros.
    Nous sommes obligés de se mobiliser pour innover et il faut le faire sur le plan national. Je rappelle que Napoléon III a utilisé cette méthode pour construire Paris, était-ce improductif?
    Il nous faut notre fond actionnarial National, nous n'avons pas le choix.

  • Pasdupe
    Pasdupe     

    les gouvernants eux se sont augmentés de 70% du temps du président précédent. Quand au nouveau il a été élu par 25% des français et on s'étonne qu'il soit impopulaire......les 35h cette idée "géniale" de Mme AUBRY est une fumisterie sans nom......

  • tropico69
    tropico69     

    le vrai cancer de la france c'est les improductifs et surtout les chefs, responsables,et autres politiques, bizarrement seul les salaires des ouvriers et le travail des ouvriers sont a géométrie variable, pensez vous vraiment que l'on ai besoins de toutes ces grosses têtes pour l'avancée de la france ??
    non au boulot les féniasses passez moins de temps sur les bancs des écoles ou au gouvernement à rien foutre et aller travailler sur les chantiers ou a l'usine commencez par vraiment créer des richesses avant d'essayer de dénigrer notre labeur, a bon entendeur ...

  • Javert
    Javert     

    "je pense que le problème, c'est pas le temps de travail, mais la gestion du travail dans le temps"

    C'est exactement ça. J'irais plus loin en rappelant que cette forme de gestion du travail, c'est la gestion du travail selon l'activité et ce de plus en plus en temps réel.
    Ce sont les flux tendus: plus de stocks, des commandes immédiates, plus rien ne se planifie, tout se fait à la semaine voir au jour.
    Cette méthode d'organisation du travail présente beaucoup d'avantages, d'une part en terme de coûts variables, de fiscalité.

    Mais on rencontre à l'inverse des problèmes qu'on ne mesure pas quantitativement: le stress des travailleurs, les licenciements, le travail par missions, les temps partiels, le chômage partiel.

    Toutes ces incertitudes provoquent au final des sociétés occidentales moins sûres d'elles, moins confiantes, qui consomment moins et qui auront plus tendance à épargner si elles le peuvent.
    On obtient également des nouvelles cathégories de travailleurs précaires plus fragiles et qui subiront plus l'usure avec des prêts à la consommation pour survivre.

    Cela explique la déliquescence des sociétés riches dans le monde et les écarts de richesses croissants entre la base et les plus aisés.

    Mon avis est qu'il faut absolument permettre aux gens qui le veulent de travailler 42 heures mais aussi proposer des avantages fiscaux aux entreprises qui emploient en CDI et à cette tranche hebdomadaire.

    Globalement il faudra trouver le moyen de restructurer notre économie de manière à ce que qu'un cercle vertueux s'établisse. Cela ne pourra se faire en martelant d'impôts le travail et l'épargne.
    D'un autre côté il faudra que l'Etat trouve un moyen de négocier certaines règles de libre circulation des capitaux afin qu'un épargnant français voit son capital réinvesti en majorité sur le sol français.

    Sur ce point il est nécessaire de comprendre que la France ne peut s'en sortir qu'en utilisant son épargne, tant pis pour l'Europe ou l'OMC.

  • erwan75
    erwan75     

    Est ce indiscret de vous demander dans quel domaine vous travaillez ?

  • erwan75
    erwan75     

    Est ce indiscret de vous demander dans quel domaine vous travaillez ?

  • sphere
    sphere     

    bonjour,
    j'ai un contrat de travail de 32h pour un salaire de 35h, dans mon entreprise, on nous à fait faire des heures supplémentaires sur plus de la moitier de l'année pour en fin d'année faire du chômage partiel ...
    je pense que le problème, c'est pas le temps de travail, mais la gestion du travail dans le temps, car on peut voir aujourd'hui que le travail n'est plus du tout gérer. tout est fait dans l'urgence.
    je pense que c'est une application du principe suivant, faire peser le poids des salaires sur les citoyens (chômage partiel) et les profits pour les actionnaires.

Votre réponse
Postez un commentaire