En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • 5gulier
    5gulier     

    Peu d'écho du public usager à cette grève de la BF et, comme souvent, peu d'intérêt de la presse à expliquer ce qu'est la BF, ce que sont ses missions, notamment de service public. Au moins, dans cette période de crise grave, il aurait été bien que quelques-uns s'indignent qu'une société anonyme supprime des emplois alors qu'elle distribue de très substantiels dividende à l'actionnaire unique : l'Etat ! Deux poids, deux mesures... Les gorges sont plus chaudes et les réactions plus vives lorsqu'il s'agit de sociétés dont l'Etat n'est pas actionnaire qui pratiquent ces coupes Qu'en pensent nos ministres, qu'en pense la droite ?
    Pourtant ces emplois supprimés représentent autant de jeunes qui n'accéderont pas au monde du travail, dans les prochaines années. Mais personne ne peut mettre de nom sur ces futurs chômeurs et personne ne peut dire que c'est son enfant dont le job passe à la trappe.
    Tant pis pour les malheureux qui toucheront subsides et RSA puisque sur ce malheur, l'Etat empochera leur salaire et les charges sociales sous forme de dividende supplémentaire. A coup sûr, ce "petit" malheur anonyme coûte moins cher à entretenir que l'emploi et le service public qu'assure cette société anonyme.
    Pas grave, quand on n'a au mieux que le RSA, on ne peut pas se "surendetter", n'est-ce pas ?
    Un jour, nous pourrons reparler de la qualité de cotation des entreprises -pour sûr, cette qualité est garantie par ces suppressions d'emploi. Nous reparlerons aussi de ces entreprises lorsqu'elles n'accèderont plus au crédit et ne pourront financer leur activité courante, leur développement ou, plus simplement, leur adaptation face à la concurrence ou aux mutations des marchés... Lorsque leur accès à la médiation du crédit sera lui-même compromis.

    Pas grave, non, pas grave...

Votre réponse
Postez un commentaire