En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Jean-Marc Ayrault veut obliger les entreprises à discuter
 

Matignon a annoncé une deuxième loi pour début 2013, qui définira les contreparties auxquelles seront soumises les entreprises.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • pat352
    pat352     

    Allo !? Tu est tout là ? Si je te prend 100 euro et que je t'en redonne 20 euro ça ne fait pas un cadeau de 20 euro qui sort de ma poche, réfléchis cinq secondes bon Dieu !!!! L'état qui commence à se rendre compte à quel point il assassine les entreprises (et l'emploi et ses propre revenu) avec des charges qui vont jusqu'à 65% à décidé "d'éventuellement" en redonner une partie (donc un peu moins d’impôt, on ne leur donne RIEN!) en 2014. Évidemment personne ne les crois vu l'instabilité fiscale et législative et maintenant ils y mettent des conditions en plus.

  • jeff1965
    jeff1965     

    il me semble que mettre 20 milliards pour les entreprises avec nos impôts demande des contres parties car vu les méthodes de certains (tout de même 30 ou 40 milliards d'euros d'esquive fiscale par les entreprises qui manquent dans les caisses) il est logique de ne pas avoir confiance en nos patrons surtout les grands.....

  • pat352
    pat352     

    "Il s'agit de la lutte contre la précarité excessive du marché du travail" - précarité que tout les gouvernements depuis 20 ans ont créés eux même en sciant complètement le marché à coup de fiscalité et de régulation ubuesque. On peut déjà prédire le résultat des mesures gouvernementale.

  • pat352
    pat352     

    Les vague promesses d'un drogué à la dette depuis 38 ans assortie de conditions et de contreparties maintenant. Mais que voilà encore un joli "pacte compétitivité". Après le "budget de rigueur" (+1 milliard de dépenses de l'état, +20 milliards d’impôt) on ce rend compte que les mots ne veulent strictement plus rien dire en France. Ou plutôt si: l'exact inverse.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Nous y voila, les contreparties. Qui peut se permettre le luxe d'offrir des contreparties ? Les grandes entreprises qui ont assez de personnel spécialisé pour s'informer sur les nouvelles lois et qui ont la trésorerie nécessaire pour lancer les investissements requis. Et tous les profiteurs qui ne montent des boites que pour encaisser les crédits d'impôts avant de déposer le bilan. Sous couvert de "contrôle" et de "justice" cette loi socialiste va profiter essentiellement aux très grandes entreprises et aux profiteurs. Comme d'habitude. C'est pas comme si le gouvernement l'ignorait. C'est pas comme si nous on l'ignorait. Gaspillage, improductivité. Le changement c'est maintenant. Moody's ne s'y est pas trompé, c'est pas pour rien qu'ils nous ont retiré le dernier triple A alors qu'ils avaient annoncé qu'avec une politique efficace il n'y aurait aucun problème pour qu'on le conserve. Vous avez élu le mauvais.

Votre réponse
Postez un commentaire