En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Dessertine : « La dette, un effort lourd pour les générations futures »

Mis à jour le
La dette française s'élève à plus de 1000 milliards d'euros
 

Professeur de finances et directeur de l’Institut des hautes finances, Philippe Dessertine est revenu sur l’ampleur de la dette française.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Josephineb
    Josephineb     

    Le leitmotiv de Sarko et Co., c'est faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais.
    A nous, les électeurs de tous bords, de nous serrer la ceinture et aux "nantis" (les vrais, comme nos gouvernants et les rois du CAC 40) de mener la grande vie, sans vergogne!

    Mais ça ne pourra pas durer éternellement, ça va mal se terminer (malheureusement, pour tout le monde, sans doute.....)

  • Pouvoir d'achat
    Pouvoir d'achat     

    Deux réflexions suite à votre texte:
    - tout d'abord au début vous écrivez "Hier, fait déjà parti du passé et personne ne peut plus revenir sur les erreurs ..." et vers la fin vous remontez à COLBERT !!!!!Pour le moins il ne s'agit plus d'hier là.

    - ensuite vous dites "...en faveur des nantis que nous sommes !...", de qui parlez-vous ? Je vous rappelle la définition du mot NANTI : qui est à l'abri du besoin, aisé.

    Vous devez certainement faire allusion aux Boloré, Bouygue, Ducasse, Lagardaire ou autres patrons du CAC 40 qui ont vu leurs salaires augmenter en moyenne de 58% en 2007 ?

    A part cela je suis assez d'accord avec vous mais encore plus d'accord avec l'analyse de bogey91

  • Pourquoi
    Pourquoi     

    Magistrale analyse de la situation et je ne rajouterai que la dénonciation des, soit disant, remèdes de plus en plus scandaleux qu'impose notre monarchie tsarkozyste.

  • bogey91
    bogey91     

    Plutôt d'accord sur l'analyse et les contraintes liés à la mondialisation;cependant force est de constater qu'elle ne sévit pas de la même façon pour tout le monde et que le monde patronal et financier s'en accommode très bien et trop souvent au détriment des salariés, dans les pays émergents bien sûr, mais de plus en plus dans nos pays, même si je suis d'accord que nous sommes encore chanceux par rapport à bien des peuples. Ceci dit, il faut aussi constater que la mondialisation est très souvent un alibi facile pour le patronat, notamment celui des grands groupes cotés en bourse, pour tirer les salaires vers le bas et durcir sans cesse les conditions de travail alors qu'à l'inverse les profits battent des records, ces patrons n'ont jamais gagné autant d'argent, leurs actionnaires également, sans parler du scandale des stock-options, parachutes dorés,etc..
    D'autre part, les contraintes de la mondialisation étant si dures et notre endettement si grave, était-il judicieux, pour des raisons purement idéologiques et politiques, offrir 8 à 9 milliards d'€uros au titre du bouclier fiscal aux 2 à 3% des contribuables les plus riches de France? Les caisses sont vides a dit Sarko, la France est en faillitte a dit Fillon, et pendant ce temps le fisc rembourse ces milliards d'€uros aux privilégiés des privilégiés. Quant à la justification,"faire revenir des capitaux en France", sinistre plaisanterie, chacun sait qu'aucun capitaux partis en Suisse, en Grande-Bretagne ou aux Iles Caïman ne reviendra en France: demandez donc à M.Ducasse qui n'a rien trouvé de mieux que devenir monégasque pour ne plus payer d'impôts en France. Mais sans doute est-ce à cause des dures réalités de la mondialisation?!!!
    Que penser encore des copieuses augmentations que s'est accordé Sarko 1er, et des ou de la rallonge totalement injustifiée du budget de Rachida Dati, qui avait déjà consommé son budget en Mars (tailleurs, robes de haute couture), ça aussi c'est sûrement à cause des contraintes de la mondialisation! le budget de la communication du gouvernement, en un mot du Président qui fait tout,augmente lui aussi de manière scandaleuse, il faut dire qu'il en a bien besoin aujourd'hui ce cher Président!
    Alors après avoir pris conscience des contraintes de la mondialisation, de la dette de l'Etat, à quand la prise de conscience de la consternante politique de Sarko en faveur de ses grands amis patrons et financiers, toujours à sens unique? Est-ce encore la mondialisation qui est responsable ou les électeurs de Sarko du transfert des quelques millions d'€uros de publicité perçus par France-télévision au profit des médias privés (TF1, Europe1,M6,etc..) dont comme par hasard les patrons font partie des proches de Sarko? Etait-ce une réforme si urgente pour la France? et je ne parle pas de la mise sous tutelle du Président de France-télévision par Sarko (comme en Chine, à Cuba ou en Iran!)mais sans doute est-ce encore la faute de la mondialisation!!!
    On peut être d'accord sur l'analyse de la mondialisation mais cette analyse ne pourra convaincre l'ensemble de nos concitoyens que lorsque tout le monde sera concerné de la même façon; on peut toujours rêver!

  • Phalsand
    Phalsand     

    FJR, bogey et Idéneuve bonsoir
    Hier, fait déjà parti du passé et personne ne peut plus revenir sur les erreurs successives de ces 25/30 dernières années.
    Le destin de la France se conjugue au présent en se rappelant que gouverner a comme impératif le verbe : prévoir !…

    Des prévisions d’un futur qui ont été occultées par tous les gouvernements précédents et qui posent le problème le plus difficile à résoudre :
    Comment relever le défi ?
    • D’un côté : une France en perte de vitesse alors que nos moyens de production, qui "étaient" pourvoyeurs de main-d'œuvre et de richesses, se sont volatilisés tout au long de ces trente dernières années, et ce ne sont pas les dernières délocalisations qui me contrediront : textile, pêche, mine, sidérurgie, construction navale et automobile, matériel agricole et travaux publics, électronique, électro-ménager, mécanique, vélo, motos, horlogerie, industrie de cuir, jouet…etc… etc… etc !…
    • D’un autre côté : trois milliards d'individus qui veulent accéder à des pouvoirs d'achats et de dépenses équivalents à ceux que l’on connaît dans notre monde occidental et qui sont prêts à tous les sacrifices pour y parvenir.

    J’ai bien peur que le principe des vases communicants ne jouera pas en faveur des nantis que nous sommes !…
    Le grand Colbert nous avait tracé la voie de l’enrichissement d’une nation :
    Produire, créer, fabriquer ne sont-ils pas les vecteurs essentiels à la prospérité ?
    Surtout en valorisant ces vecteurs d’emplois, comme il l’avait fait à son époque, par des mesures d’accompagnements : taxes sur les importations, aides aux exportations ?
    En France, nous importons presque tout, même des chômeurs !…
    Et nous cumulons les handicaps !…
    Il reste l’espoir… bien qu’un grand sage déclarait que les cimetières en étaient pleins

  • Idéneuve
    Idéneuve     

    Pour qu'un état fonctionne, il lui faut payer ceux qui travaillent pour lui. rares sont ceux qui travaillent pour rien ! Donc, des services publics ( écoles, police, routes, pompiers, hôpitaux..;etc..., çà coute, et donc il faut des impôts pour payer çà. Mais depuis 20 ans et plus, nos gouvernants ont emprunté pour faire fonctionner... et c'est là la grosse erreur. On ne doit emprunter que pour investir, bâtir, construire...car alors, on peut rembourser avec les produits des ces investissements. La dette actuelle est insupportable, et devrait être remboursée au plus vite. Sarkozy a fait le contraire, et il continue d'emprunter...Seuls nos impôts peuvent faire que nos enfants ne payent pas pour nous. Tous ceux qui ont vu diminuer leurs impôts en début d'année, et j'en suis, devraient demander à ce que le gouvernement utilise ces impots pour rembourser la dette, et ainsi diminuer le volume des intérêts servis aux emprunteurs. Bien loin d'être une charge, les impôts ne sont que la rétribution des services collectifs dont tous bénéficient.Bien sûr, un contrôle sévère doit être mis en place, comme dans tout budget, même privé.
    le "bien-être" ne peut nous être fourni que si nous apportons tous notre contribution, en pourcentage de notre revenu.
    Vivent les impôts, seuls garants de notre bien-être collectif.

  • bogey91
    bogey91     

    Le Vrai pouvoir est entre les mains des masses; qu'attendons-nous pour enfin réagir à tout ça? que les politiques nous amènent le bien-être?...on sera tous morts avant!

  • FJR 1300
    FJR 1300     

    Je suis d'accord avec votre analyse,mais nos politiques ne pensent qu'à une chose,bien vivre et profiter des pouvoirs que nous,électeurs,nous leur octroyons;ce job doit être bigrement lucratif,à voir avec quel acharnement,ministres et députés s'accrochent à leur poste;sans comptes à rendre en fin de mandature.
    Nous allons à la catastrophe,autrefois,il restait encore la dévaluation monétaire comme ultime solution pour refaire l'équilibre,(et tout le monde payait) mais aujourd'hui avec la gestion européenne c'est la classe moyenne et pauvre qui trinque.
    Bien gérer,c'est faire des économies et équilibrer les budgets,tout le contraire de la politique de Sarkozy.
    Bon courage!!!!

  • Phalsand
    Phalsand     

    Nos élus et gouvernants de tout bord s'aperçoivent brusquement que nos finances sont tristes, notre économie vacillante, nos outils de production en fuite vers des horizons très lointain et nos dépenses de plus en plus monstrueuses.
    Mesdames, Messieurs reprenez votre déclaration d'impôts 2007 ; sur un beau camembert on vous montre l'énorme part qui est prélevée tous les ans pour éponger les intérêts de cette dette. ((42,8 milliards d'Euros, en 2007))
    " Une nation, pas plus qu'un ménage ne peut durablement vivre à crédit. "
    " l'objectif du Gouvernement est de revenir le plus rapidement possible à l'équilibre de fonctionnement "
    " l'Etat doit faire un usage économe du produit de vos impôts, maîtriser ses dépenses, lutter contre tous les gaspillages, réduire son déficit et son endettement "
    Affirmations de Monsieur Jean ARTHUIS, Ministre de l'économie et des finances, parues sur les documents accompagnant les déclarations de revenu des années 1995 et 1996. ( et nous sommes en 2008 )
    Autres endettements :
    • du Conseil Général des 102 départements et territoires d'outre mer ?
    • du Conseil Régional dans chacune des 22 régions de l'hexagone et des DOM-TOM ?
    • des 36 000 communes ?
    • des établissements publics ?
    ° des différentes caisses sociales ?
    • des sociétés nationalisées ?
    ° Les retraites des agents de l’Etat et apparentés.
    Après les trente glorieuses, nous assistons aux résultats des trente merdeuses !
    Que les irresponsables et pas trop coupables lèvent la main !...
    Les Autres ???

Votre réponse
Postez un commentaire