En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

L’ancien Premier Ministre et député PS de la Seine-Maritime a évoqué la question du pouvoir d’achat et du financement des retraites.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • jacques89
    jacques89     

    On n'est pas obligé de compromettre la "rentabilité" des machines en appliquant des taxes uniformes. Le niveau de taxation peut être adapté en fonction de critères de "performance" de l'outil et d'un seuil de déséquilibre?!

  • jacques89
    jacques89     

    Nous avons eu la révolution industrielle, les développements constants des automates, bref, le progrès technologique apporte de plus en plus de solutions au remplacement de l'homme par la machine. Personne n'a pensé à taxer les machines pour financer les retraites???

  • ijofon
    ijofon     

    Et si on taxait les caisses automatiques des supermarchés. Il faudrait que chaque machine qui prend la place d'une caissière soit taxée à hauteur des cotisations patronales et salariales sur la base d'un salaire de caissière. Il pourrait être prélevé, les cotisations retaites, maladie, assedic.. Les supermarchés ne pouvant pas se délocaliser à l'étranger, on ne peut pas invoquer la peur de la fuite des entreprises hors de nos frontières. De plus, on va dire : "oui mais ces machines crées de l'emploi car il faut bien les fabriquer". Soit mais le seul problème c'est qu'elle ne sont pas fabriquées en France. Donc, je pense qu'il serait très judicieux de lancer cette idée. Et pourquoi ne pas en faire autant avec les distributeurs de billets et les automates des banques ?

  • Lyocal
    Lyocal     

    C'était en 1995 pour mon post !!!!

  • Lyocal
    Lyocal     

    Les Français souffrent : plus de trois millions sont chômeurs et certains vivent dans le dénuement le plus total, d'autres se débattent pour éviter la faillite de leur entreprise ou leur commerce, tous sont écrasés par les hausses successives des impôts; des :taxes et des charges sociales.
    Allongement de la durée des cotisations retraite, hausse des impôts indirects, CSGj
    RDS, augmentation de la TVA ...à chaque fois les politiques nous demandent d'être «solidaires», de consentir un sacrifice au nom de la «justice sociale».
    Mais eux, quel geste font-ils ?
    Ensemble, nous devons exiger des sénateurs et des députés, qu'ils reviennent sur les privilèges qu'ils se sont accordés depuis des années. II est de leur devoir de montrer l'exemple. Les députés et les sénateurs ne doivent plus se traiter mieux que les Français qu'ils représentent.
    Au moment où la France traverse une crise profonde, où tous les Français se serrent la ceinture,, nous devons exiger que les députés et les sénateurs abolissent leurs régimes de faveur. Ils doivent le faire...

    L'étude complète, réalisée par notre équipe, sur « Les privilèges de la classe politique», est à votre disposition au siège de l'association et vous sera adressée sur simple demande à :
    Acquis sociaux et privilèges des 321 Sénateurs : 117.056francs / mois.
    Acquis sociaux et privilèges des 577 députés : 116.344 francs /mois

  • vaillant
    vaillant     

    Et bien si on parle de moderniser la réforme , ce n'est pas en prolongeant l'âge légal de la retraite mais bien en la diminuant à 57 ans pour tous privé comme fonctionnaire, et l'on pourra parler d'avancé sociale moderne. Tous les entrepreneurs sont unanimes pour dire qu'un employé à 60 ans n'est plus rentable. Il faut savoir que l'on commence à vous mettre au placard vers 55 ans , la pression psychologique est insupportable, les effets sont mortels dans certaines grandes entreprises. Il faut une juste moyenne . La réforme est épineuse , elle doit être bien mesuré.... Mr Raffarin avait commencé à mettre le pied dans le plat .... Mr Sarkozy veut en rajouter soutenu par son major le secrétaire d'état Mr Xavier Bertrand ... Pour moi ils sont à côté de la plaque, quels intérêts défendent t-ils ? Il suffirait de compenser les cotisations par des prélèvements sur les bénéfices de l'état , excédents de ressources , des taxes pétrolières, des milliards d'euros que l'on pourraient récupérer dans la réduction du bouclier fiscal ( pas en totalité pour ne pas toucher les moyennes classes) et puis taxer les frontières de tous ces produits à bas prix qui inondent le marché provenant de pays à la main d'oeuvre pas chère , des pauvres gens que l'on exploite comme au temps des colons, sans aucune couverture sociale et tout ces riches industrielles ont bien compris la règle du jeu, les outils de productions s'enfuient tous par là bas ... Voilà, il faudrait des vrais hommes politiques, pour des décisions de grandes envergures. Et souhaite que les français bougent vraiment pour cette réforme des retraites.

  • COLPIN Didier
    COLPIN Didier     

    LE « TROU DE LA SECU »


    Diverses pistes dans le financement comme dans les dépenses sont explorables

    • Remise en cause (éventuelle après études, débats etc.) de la couverture familiale intégrale. Exemple : Un salarié célibataire est assuré social sur la base suivante ; un prélèvement social pour un assuré. Un couple sans enfant avec les deux qui travaillent ; deux prélèvements pour deux assurés. Une famille de quatre enfants avec uniquement le mari en activité ; un prélèvement pour six assurés... Normal ? Sans aller jusqu’à prélever un pour un, un élargissement ne pourrait-il être envisagé ?

    • Revoir le prélèvement employeur sur les seuls salaires : Actuellement, des licenciements compensés par l’achat de machines robotisées, c’est moins de ressources pour la sécu mais autant de profits (voir plus) pour l’employeur. Pourquoi ne pas faire glisser (en partie ? En intégralité ?) les prélèvements du travail vers le chiffre d’affaire ou les bénéfices ?

    • Transfert de charges : Que les risques particuliers (comme l’exercice d’un sport) soient EFFECTIVEMENT couvert et l’éventuel accident pris en charge par l’assurance souscrite lors de l’inscription.

    • Taxes sur la consommation (« TVA sociale) : que devient le projet, sera-t-il repris ?

    • CMU + droit du sol = déficit… Les idées présentes derrière la CMU et le droit du sol sont belles et généreuses, c'est certain. Mais en termes comptables… (En Guyane, c'est "tout le continent" environnant qui vient profiter de l'hôpital français… -et à la place de ces gens déshérités, ne ferions-nous pas la même chose ?- ). Faudrait-il présenter la facture aux ambassades respectives ? Envisager d'autres solutions comme revoir la Constitution ?

    • Nous avons tous chez nous des bt. de médicaments qui finiront à la poubelle (date dépassée) et qui sont "les restes" d'une prescription : la sécu enrichie les laboratoires. Faudrait-il modifier le système de conditionnement ? Les pharmaciens ne pourraient-ils pas recevoir de grandes quantité pour remettre aux malades juste ce qu'il faut selon la posologie et la durée du traitement ?
    COLPIN Didier

Votre réponse
Postez un commentaire