En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Fitch Ratings envisage, à son tour, d'abaisser la note de la France.
 

L'agence Fitch Ratings a décidé d'abaisser la note de la France de "AA+" à "AA" en l'assortissant d'une perspective stable en raison notamment du dérapage budgétaire. Elle a également qualifié de "faibles" les perspectives économiques du pays.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

38 opinions
  • lilikaigoudi
    lilikaigoudi     

    le déficit s’élèverait ainsi à 4,4 % du PIB fin 2014

    En 2013, le déficit public s’élève à 4,3 % du PIB pour la france,
    2005 : 2.9% ;
    2006 : 2.3% ;
    2007 : 2.7% ;
    2008 : 3.3% ;
    2009 : 7.5% ;
    2010 : 7% ;
    2011 : 5.2% ;
    2012 : 4.9%

    davidabell
    davidabell      (réponse à lilikaigoudi)

    Et on devait être en dessous des 3% grâce aux taxes de Mr. Hollande qui ont prouvé de nouveau, car malheureusement il faut encore le faire, que la Courbe de Laffer est bien réelle.

  • nad33
    nad33     

    monsieur sapin,s'est planté,encore !!!

  • 109600
    109600     

    Alors François, tu as reçu ton bulletin de notes! Tu préfères un code couleur pour t'expliquer que tu es un cancre en économie?

  • gouik
    gouik     

    Il y a deux ans, journaleux et politiques annonçaient comme un cataclysme la perte du triple a et maintenant à chaque dégradation ça ne fait que quelques lignes dans les journaux, preuve que c'est du pipeau.

    davidabell
    davidabell      (réponse à gouik)

    Tant que la France emprunte à un taux ridiculement bas (probablement issu des infusions d'argent des banques centrales créant une bulle sur la dette d'état en Euros) ce sera "du pipeau" et dans la mesure où toutes les dettes des pays riches ont baissées ensemble, cela n'avait pas de conséquences.

    Toutefois, c'est encore un signe que sans réformes réelles (et pas laisser quelques magasins ouvrir 5 Dimanches de plus!) les intérêts des OATs pourraient remonter très rapidement et de façon catastrophiques pour les finances publiques.

    Ce n'est donc pas le dernier mot sur le sujet, mais un avertissement pressant.

    gouik
    gouik      (réponse à davidabell)

    C'est quoi les "réformes", celles de l’Espagne ou du Portugal, faire payer la facture à l'ouvrier en baissant son salaire, et bien pas pour moi...

    davidabell
    davidabell      (réponse à gouik)

    Les réformes, sans guillemets, c'est de faire baisser la taxation des fruits de l'investissement, pour que le-dit investissement reparte et que l'emploi (qui est une variable qui bouge avec un délai) reprenne.

    C'est de faire baisser le poids de l'état, afin de remettre de l'argent dans la poche des français (et on peut le faire simplement en regagnant les 5% du PIB qui résultent de gâchis sans changer le contour de l'état).

    C'est de remettre à plat les régulations qui découragent les compagnies d'embaucher et encouragent les compagnies qui se développent de partir à l'étranger.

    Si l'on faisait simplement cela, le chômage partirait en vrille et la croissance reviendrait, ce qui permettrait de faire baisser les déficits et de rembourser la dette.

    Malheureusement, il semble probable vu vos écrits que vous vous y opposeriez au nom des "travailleurs" qui d'ailleurs sont au chômage de masse.

    Une dernière "réforme" serait pour les gens comme vous de réaliser que les patrons ne se lèvent pas le matin avec le but de trouver un moyen de vous mettre à la porte, mais au contraire de développer leur compagnie et dons d'embaucher à terme plus de gens comme vous.

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    La société Fitch Ratings a fusionné avec la société IBCA Limited, basée à Londres, en décembre 1997, passant ainsi sous le contrôle du holding français Fimalac dont le principal actionnaire est le Français Marc Ladreit de Lacharrière
    Marc Ladreit de Lacharrière
    En mars 2012, le magazine Forbes le qualifie de milliardaire en dollars, le classant au 1 153e rang mondial

    La Hearst Corporation est un groupe de médias américain

    OU COMMENT LA FINANCE DISTRIBUE ET INFLUENCE

    davidabell
    davidabell      (réponse à MANENTIAL )

    Je ne vois pas trop où vous voulez en venir...

    Fitch est bien français (pour l'instant, Fimalac veut le vendre) et Hearst est un groupe de média...

    Voulez-vous dire que c'est tous des grands méchants parce qu'ils sont étrangers ou plus riches que vous?!

    MANENTIAL
    MANENTIAL       (réponse à davidabell)

    la dette c'est bidon
    c'est un moyen de faire peur relayé par des groupe de presse appartenant groupe industriel et financier
    et non je n'est pas peur de l’étranger,je suis internationaliste pour moi un etranger et un citron comme tout le monde,pressé par le capital

    davidabell
    davidabell      (réponse à MANENTIAL )

    Bien que n'étant pas d'accord, j’apprécie le mot d'humour. :)

    Je ne vois pas très bien comment la dette est "bidon". Les gouvernements ont bien dépensé cet argent.

    L'idée que les financiers sont des grands méchants quand ils veulent qu'on leur payent ce qu'ils ont prêté est pour moi dénuée de sens.

    Le problème de base est la fausse idée qu'une relance par la consommation faite en empruntant de l'argent peut marcher au long terme.

    Les politiciens de tous bords (mais il faut l'avouer plus de Gauche) adorent ces relances car elle peur permettent de dépenser et de montrer combien ils aiment les électeurs en les arrosant de l'argent qu'ils auront à rembourser....

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Le but est influencé la population en donnant crédit à Angela Merkel pour que l'on gouvernement et conforté ses mesure d'austérité pour payer une dette dont 60% est illégitimes dont la population n'a pas vue 1€

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Après la Seconde Guerre mondiale, les élites économiques européennes, affaiblies par leur collaboration avec l’Allemagne nazie, doivent faire profil bas. Aux États-Unis, la peur du communisme paralyse la société. Pendant trente ans, des deux côtés de l’Atlantique, les classes moyennes vont profiter de cette situation et prospérer. Mais à la fin des « Trente Glorieuses », les libéraux sentent que l’heure de la revanche a enfin sonné.

    Pour imposer leurs idées, ils utilisent une arme rhétorique redoutable : TINA, le fameux acronyme thatchérien de « There is no alternative », qu’ils vont répéter et faire répéter par tous les médias jusqu’à ce qu’il soit entendu comme une vérité révélée. Il n’y a pas d’alternative au capitalisme, au marché, à la mondialisation, à la déréglementation financière, aux baisses de salaires, aux délocalisations, à la disparition des protections sociales, etc. Cette idéologie va infester les sociétés occidentales, provoquer le déclassement social du plus grand nombre et des profits gigantesques pour quelques-uns.

    Une oligarchie confisque alors le pouvoir. Mais quand la crise financière de la fin des années 2000 met en péril sa fortune et son patrimoine, l’État recouvre soudain toutes ses vertus. Ceux qui hier le vilipendaient réclament son secours à grands cris. Il n’y a pas d’alternative, il faut sauver les banques ! Et pour renflouer les pertes abyssales de l’économie de casino, ce sont encore les plus démunis qui seront rançonnés, à commencer par les salariés.

    Jusqu’à quand ?

    davidabell
    davidabell      (réponse à MANENTIAL )

    Désolé mais vos délires anti-capitalistes sont bien éloignés de la réalité.

    On a bien essayé le socialisme, en Angleterre en particulier où le FMI avait du prendre les rênes avant les réformes de Mme Thatcher qui ont remis le pays sur pieds.

    On a bien essayé le Communisme (et on continue en Korée) avec les résultats que l'on sait.

    Et si vous pensez que l'économie française est "libérale", c'est que vous ne savez pas ce qu'est le libéralisme.

    La France est Etatiste avec les deux grands partis qui sont d'accord sur la dominance de l'Etat sur la société.

    On est bien loin de la liberté d'agir préconisée par le libéralisme...

    Enfin, pourquoi la liberté vous fait-elle peur?

    MANENTIAL
    MANENTIAL       (réponse à davidabell)

    liberal ne veut pas dire liberté

  • PADDY
    PADDY     

    A.A. non merci sans plus.

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    la finance n'est rien sans les peurs, la corruption
    N'ayez pas peur

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    RIEN A FITCH
    Nous sommes la majorité,
    la finance n'est rien sans les peurs, la corruption
    mille chaines à rompre, demain et à nous en avant

    Jean Luc Melenchon

Lire la suite des opinions (38)

Votre réponse
Postez un commentaire