En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mailly
 

Face à la grogne des fédérations et unions départementales mécontentes de l'absence de manifestation contre la réforme du code du travail, le numéro 1 de Force ouvrière a reconnu qu'il va "désormais falloir monter le ton". FO devrait ainsi rejoindre la contestation contre les ordonnances.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces syndicats qui survivent grace aux subventions de l'état,"on peut se demander pourquoi l'état subventionne des syndicats !) alors qu'ils devraient vivre de leurs adhérents ,qui ne font pas leur travail qui restent bloqués et n'ont pas évolués,mais qui bénéficient encore de privilèges,ce genre de syndicalistes obsolètes la France n'en a pas besoin.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces syndicats qui survivent grace aux subventions de l'état,"on peut se demander pourquoi l'état subventionne des syndicats !) alors qu'ils devraient vivre de leurs adhérents ,qui ne font pas leur travail qui restent bloqués et n'ont pas évolués,mais qui bénéficient encore de privilèges,ce genre de syndicalistes obsolètes la France n'en a pas besoin.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces syndicats qui survivent grace aux subventions de l'état,"on peut se demander pourquoi l'état subventionne des syndicats !) alors qu'ils devraient vivre de leurs adhérents ,qui ne font pas leur travail qui restent bloqués et n'ont pas évolués,mais qui bénéficient encore de privilèges,ce genre de syndicalistes obsolètes la France n'en a pas besoin.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces syndicats qui survivent grace aux subventions de l'état,"on peut se demander pourquoi l'état subventionne des syndicats !) alors qu'ils devraient vivre de leurs adhérents ,qui ne font pas leur travail qui restent bloqués et n'ont pas évolués,mais qui bénéficient encore de privilèges,ce genre de syndicalistes obsolètes la France n'en a pas besoin.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces syndicats qui survivent grace aux subventions de l'état,"on peut se demander pourquoi l'état subventionne des syndicats !) alors qu'ils devraient vivre de leurs adhérents ,qui ne font pas leur travail qui restent bloqués et n'ont pas évolués,mais qui bénéficient encore de privilèges,ce genre de syndicalistes obsolètes la France n'en a pas besoin.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces syndicats qui survivent grace aux subventions de l'état,"on peut se demander pourquoi l'état subventionne des syndicats !) alors qu'ils devraient vivre de leurs adhérents ,qui ne font pas leur travail qui restent bloqués et n'ont pas évolués,mais qui bénéficient encore de privilèges,ce genre de syndicalistes obsolètes la France n'en a pas besoin.

  • SuperPlus
    SuperPlus     

    sans aucun doute poussés par martinez et mélenche, les syndico-socialo-communistes dont la tête est dans le passé troskytes se compaisent dans leur m - - - e et veulent y pousser la France... honte...

  • SuperPlus
    SuperPlus     

    sans aucun doute poussés par martinez et mélenche, les syndico-socialo-communistes dont la tête est dans le passé troskytes se compaisent dans leur m - - - e et veulent y pousser la France... honte...

  • Phil48
    Phil48     

    Dommage qu'une vieille garde rétro empêche les volontés de progresser. Il y a ceux qui veulent absolument, quel qu’en soit le prix, rester égoïstement sur les standards de 1936 ; et il y a ceux qui, prenant conscience des changements du monde et de l'avenir de nos jeunes, tentent timidement de faire évoluer les choses ! La faute à qui ? Aux dirigeants syndicaux qui depuis 40 ans manquent totalement de pédagogie. Plutôt que d'évoluer, ils ont fait choix d'entretenir (et de leurrer) leurs bases sur une soi-disant perpétuité des méthodes de "luttes" modèle 1936 comme si le monde était resté figé ! Sommes-nous encore en 1936 ? Les "luttes d'aujourd'hui sur des bases 1936 ne sont-elles pas plus destructrices pour les syndicats et le monde du travail qu'une évolution progressive et contrôlée pour tenir compte des évolutions de ce monde du travail notamment vers le numérique ?

    fumcapt
    fumcapt      (réponse à Phil48)

    Évoluer vers du mieux, Oui ................. vers du moins bien, comme c'est le cas avec macron, NON !!!!

Votre réponse
Postez un commentaire