En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Jérôme Chartier, proche de François Fillon, a estimé à 80 milliards d'euros les hausses d'impôts depuis 2012.
 

Le député Jérôme Chartier a estimé mardi que les impôts avaient augmenté de 80 milliards d’euros pour les contribuables depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande. Le gouvernement, lui, a répliqué en assurant que l’ancien exécutif avait amorcé le mouvement.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Google-114446506188307414124
    Google-114446506188307414124     

    Faire les poches des français, très facile, administrer pour diminuer les dépenses en gardant les mêmes rendements administratifs, impossible pour des politiques qui ne travaillent pas !

  • Grincheux
    Grincheux     

    l’UMP évalue le "massacre fiscal" depuis 2012, sans compter le leur ....

  • gouik
    gouik     

    Bien sur, mais c'est bien la mémoire sélective, car le matraquage fiscal est effectif depuis bien avant 2012!

  • Christophe22300
    Christophe22300     

    Je ne crois pas que l'UMP ait la légitimité pour dénoncer le matraquage fiscal...

  • Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710     

    L'esprit d'union nationale issu du 11 janvier n'aura pas résisté à une élection cantonale.

    Je crois qu'il faudra en passer par une élection du FN aux plus hautes fonctions pour prendre conscience d'une vraie recomposition du paysage politique et favoriser l'émergence d'une nouvelle génération d'hommes politiques.

  • Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710     

    Faire de la politique avec un rétroviseur dans la tête, on voit que cela donne depuis 40 ans.

    La vérité éclate au grand jour, le monopole de la pression fiscale n'est ni de gauche ni de droite, c'est simplement une préférence facile et démagogique de choisir la hausse des prélèvement au détriment des économies et des réformes structurelles.

    Les politiques économiques menées alternativement depuis 40 ans sont de même inspiration: favoriser sa réélection au détriment de l'intérêt national et de la projection à long terme de l'économie et la préparer à la mondialisation.

    Les pays qui l'ont compris et ont cessé de gouverner à coup de doctrine et de démagogie s'en sortent mieux que nous.

Votre réponse
Postez un commentaire