En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
François Hollande lors de sa conférence de presse à Bruxelles le 15 mai avec José Barroso
 

La polémique déclenchée par Arnaud Montebourg accusant José Manuel Barroso d'être le carburant du Front national continue de faire des vagues. A l'Elysée on tente de minimiser l'affaire à la veille d'un Conseil européen.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • forilliere bernard
    forilliere bernard     

    un à un les ministres Français,font des ècarts de langage qui soit disant n'engage qu'eux,mais il n'y a pas de chef de gvt qui les ferait,alors c'est la porte ouverte a tout les abuts de la part de ces gens là.

  • elminster
    elminster     

    Quel festival de bourdes, au secours j'en ai marre d'être pris comme un bouffon de français par l'ensemble de monde a cause de nos guignols au gouvernement.

  • jp89
    jp89     

    Suite aux propos de Montebourg, l'Elysée tente de minimiser l'affaire à la veille d'un Conseil européen - Dans le même temps, c'est la mère Duflot qui en rajoute une couche: José Manuel Barroso donne "une image dévastatrice de l'Europe" - C'est Guignol à la tête de l'état français.

Votre réponse
Postez un commentaire