En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Nicolas Sarkozy a qualifié le régime de l'auto-entrepreneur de "caillou dans sa chaussure".
 

Les critiques de l’ancien chef de l’Etat envers un régime qu’il a lui-même créé restent en travers de la gorge de deux organisations représentant les auto-entrepreneurs.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • popo46
    popo46     

    Il y a une solution simple pour résoudre l'éternel problème de concurrence "déloyale" entre auto-entrepreneurs et artisans : appliquer aux artisans le régime social et fiscal simplifié (et beaucoup plus juste) des auto-entrepreneurs. Mais ça c'est beaucoup trop compliqué pour nos énarques...

  • la grenade
    la grenade     

    Régime social des indépendants (RSI) : 8 ans après sa création quel bilan ? Ministre de l'époque Xavier BERTRAND va faire naître 2008 sous Sarkozy « et en catimini » le fameux RSI


    les commerçant et indépendant et les cultivateurs n'ont jamais voulu se mettre a SECU a sa création dans les années 1950

    Régulierement « pointé du doigt » pour ses dysfonctionnements répétés et sa gestion, le RSI était pour beaucoup dès sa mise en place en 2006 un echec programmé. En réalité c'est surtout la création de l'ISU en 2008, officialisant discrètement le mariage forcé entre le RSI et l'URSSAF, qui est à l'origine des premiers dysfonctionnements lourds.
    Création du RSI puis de l'ISU

    Le Régime social des Indépendants est né de la fusion des caisses maladie et retraites des artisans et commerçants. Au départ totalement autonome, le RSI va être rapidement la cible des syndicats de salariés de l'URSSAF qui, craignant pour leurs emplois, vont faire pression sur le Ministre de l'époque Xavier BERTRAND afin de l'obliger à accepter qu'ils participent à ce nouveau régime.

    C'est ainsi que va naître « en catimini » le 1er janvier 2008 l'Interlocuteur Social Unique (drôle de nom pour une entité en réalité constituée du mariage entre le RSI et l'URSSAF) qui officiellement aura pour but d'offrir un guichet unique aux travailleurs indépendants.

    Dès lors l'URSSAF et le RSI feront l'objet d'une politique commune de recouvrement, associant leurs cotisations sur un seul et même appel sous le sigle du RSI.

    fait en catimini en 2006 et officialisé sous SARKOZY

    ENCORE UN RELIQUAT des années Sarko

  • la grenade
    la grenade     

    SARKOZY préférè défendre les NANTIS AVOCATS / MÉDECINS / NOTAIRES ETC ETC

  • le manuche
    le manuche     

    je,retourne ma veste toujours du bons cotés!!!!!!

  • Grincheux
    Grincheux     

    Sarkozy a fait beaucoup de mal aux artisans en créant le statut d'autoentrepreneurs. Il aurait mieux fait de proposer un statut d'artisans avec des allégements. Maintenant, il veut revenir pour corriger ses erreurs ..... c'est un début de reconnaissance de ses erreurs ...

    la grenade
    la grenade      (réponse à Grincheux)

    LES première 35 h sont des lois de la droite elle même sous Chirac /Juppé 1995 /96 ( a cette époque , pas obligatoire chaque entreprise négocier avec l'état et les syndicats )

    Mais c'est Martine Aubry sous la gauche qui les a rendus obligatoires pour tous en 2000

    35 heures
    copie
    L’UMP a rapidement fait de l’abolition des 35 heures son cheval de bataille. Ainsi, pendant sa campagne électorale de 2007, Nicolas Sarkozy y voit une « erreur économique énorme ». C’est aussi l’occasion pour lui de souligner que « les 35 heures, c’est la régression sociale ». « On ne tient plus le coup. Les 35 heures, tel que cela existe aujourd’hui, c’est intenable », ajoute Jean-François Copé. Il serait facile d’aligner les phrases anti-35 heures prononcées par les leaders de la droite.

    Leur force de conviction étonne, leur absence de mémoire désespère. Là encore la preuve est apportée qu’en politique on peut raconter n’importe quoi sans craindre de se voir « recadrer ». En effet, l’invention des 35 heures revient à Gilles de Robien (UDF), ministre du Travail (1995-1997) à une époque où le président de la république s’appelait Jacques Chirac et le Premier ministre Alain Juppé.

    Le Crédit Lyonnais négocie

    --> Site CFDT

    En 1996, le Crédit Lyonnais signe un accord de Robien qui prévoit un passage de 39h à 33h pour les 8000 salariés des backs office. Ces derniers passent sur une semaine à 4 jours payés 97% du salaire de base dans un contexte de plan social.
    L’accord de Robien est reconduit en 2000 pour 4 ans. La même année, le reste du personnel passe de 39h à 35h dans un cadre Aubry. Les salariés concernés par l’accord de Robien qui ne peut être reconduit vont donc devoir choisir entre passer sous le cadre Aubry en perdant la semaine de 4 jours où faire des concessions sur le salaire.

    Les négociations portent sur les salaires puisque les échos laissent penser que les salariés ne soient pas particulièrement enclins à passer sur 5 jours. La direction propose une baisse de salaire de 6% en guise de contrepartie à une semaine de 4 jours.

    11 juin 1996 : vote de la loi de Robien, qui avait comme objectif d'inciter les entreprises à favoriser l'emploi, en aménageant et en réduisant le temps de travail de façon conventionnelle. Le choix est laissé aux entreprises de signer un accord ou non visant à réduire pour elles seules la durée du travail.

    35 heures
    copie
    L’UMP a rapidement fait de l’abolition des 35 heures son
    cheval de bataille. Ainsi, pendant sa campagne électorale de 2007, Nicolas
    Sarkozy y voit une « erreur économique énorme ». C’est aussi l’occasion pour
    lui de souligner que « les 35 heures, c’est la régression sociale ». « On ne
    tient plus le coup. Les 35 heures, tel que cela existe aujourd’hui, c’est
    intenable », ajoute Jean-François Copé. Il serait facile d’aligner les phrases
    anti-35 heures prononcées par les leaders de la droite.
    Leur force de conviction étonne, leur absence de mémoire
    désespère. Là encore la preuve est apportée qu’en politique on peut raconter
    n’importe quoi sans craindre de se voir « recadrer ». En effet, l’invention des
    35 heures revient à Gilles de Robien
    (UDF), ministre du Travail (1995-1997) à une époque où le président de
    la république s’appelait Jacques Chirac et le Premier ministre Alain Juppé.
    Le Crédit Lyonnais négocie
    --> Site CFDT
    En 1996, le Crédit Lyonnais signe un accord de Robien qui prévoit un passage de
    39h à 33h pour les 8000 salariés des backs office. Ces derniers passent sur une
    semaine à 4 jours payés 97% du salaire de base dans un contexte de plan social.
    11 juin 1996 : vote de la loi de Robien , sous la présidence Jacques Chirac et le Premier ministre Alain
    Juppé. ??? RPR puis UMP qui
    avait comme objectif d'inciter les entreprises à favoriser l'emploi, en
    aménageant et en réduisant le temps de travail de façon conventionnelle. Le
    choix est laissé aux entreprises de signer un accord ou non visant à réduire
    pour elles seules la durée du travail
    L’accord de Robien est reconduit en 2000 pour 4 ans. La même
    année, le reste du personnel passe de 39h à 35h dans un cadre Aubry. Les
    salariés concernés par l’accord de Robien qui ne peut être reconduit vont donc
    devoir choisir entre passer sous le cadre Aubry en perdant la semaine de 4
    jours où faire des concessions sur le salaire.
    Les négociations portent sur les salaires puisque les échos laissent penser que
    les salariés ne soient pas particulièrement enclins à passer sur 5 jours. La
    direction propose une baisse de salaire de 6% en guise de contrepartie à une
    semaine de 4 jours.
    11 juin 1996 : vote de la loi de Robien, qui avait comme objectif d'inciter les entreprises à favoriser l'emploi, en aménageant et en réduisant le temps de travail de façon conventionnelle. Le choix est laissé au

  • sansonet
    sansonet     

    francois , celui de ce forum , represente bien le ps ; conpletement en dehors de la realitè et toujours a dire des mensonges !

  • sansonet
    sansonet     

    francois , celui de ce forum , represente bien le ps ; conpletement en dehors de la realitè et toujours a dire des mensonges !

  • sansonet
    sansonet     

    francois , celui de ce forum , represente bien le ps ; conpletement en dehors de la realitè et toujours a dire des mensonges !

  • Facebook-10203585131370817
    Facebook-10203585131370817     

    et si au lieu de compliquer le régime autoentrepreneur, on simplifiait celui d'artisan.
    Et si au lieu d’embêter ceux qui bossent pour vivre et payer les factures, on réduisait le poids de l’État, e des collectivités locales régions départements communes et autres syndicats en tout genre pour faire tout et n’importe quoi.

    et si on commençait par plafonner salaires et tout les autres avantages en annexe, des fonctionnaires et politiques élus ou nommés.

    Et si on remboursait les charges des 2 premières années aux boites qui atteindraient par exemple les 5 ans complets (5bilans). Pour aider a la trésorerie.

    Ceci pour les petites boites moins de 5 personnes.
    Et si toutes les obligations de entreprises de + de 50 personnes seraient déplacées pour les boites de 500 personnes ou plus.

    La France va mal car il y a beaucoup de politiques qui n'ont jamais travaillé dans le privé et qui pondent des anneries qui deviennent des lois qui perturbent plus qu'elles n'aident.

  • Albert 44
    Albert 44     

    Patience, attendons un prochain sondage. S'il voit que ça ne passe pas, il dira que la phrase a été mal interprétée et qu'au contraire il est à fond pour les auto-entrepreneurs. Se contredire n'est pas un problème pour lui. Sachez que M. Bismuth n'est pas ce qu'on appelle un homme de conviction, du moment que "ça coûte pas cher et si ça peut vous faire plaisir" il vous dira ce que vous avez envie d'entendre... Mais rien qu'à vous, si son public est différent et qu'il souhaite entendre le contraire, il saura s'adapter.

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire