En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Arnaud Montebourg a sévèrement taclé Nicolas Sarkozy à propos de son bilan.
 

Le ministre du Redressement productif a affirmé, dimanche 16 février, que le remboursement de la dette laissée par l'ex-chef de l'Etat allait "durer dix ans". Selon lui, le gouvernement actuel gère surtout "la facture Sarkozy".

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

36 opinions
  • Thejimmi07
    Thejimmi07     

    Mesdames messieurs,
    reprenez toutes les statistiques de l’INSEE depuis les années 70 ; ce que je vois c'est que Mitterrand entre 80 et 94 a multiplié par 6 la dette publique et que personne derrière n'a eu les "C de remettre de l'ordre a droite comme a gauche . Sarko comme vous le dites a augmenté la dette de 45 % entre 2008 et 2012 . je vous engage aussi à aller sur le site éclairages économiques pour regarder la courbe de l'emploi salarie du privé et du public depuis 1970 . en la regardant on comprend mieux ce qui se passe en France
    Bien a vous

  • napo
    napo     

    Voila l'une des principales causes (la plus importante) de la dette publique de la France durant ces 40 dernières années.
    La fonction publique avait quant à elle supprimé 77.000 postes durant l'année 2008 grâce au non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite et à la poursuite de la politique de transferts de compétences aux collectivités locales. Cela représentait alors une décrue de 3,1% de ses effectifs en un an. La France employait alors (fin 2008) 2,4 millions de fonctionnaires d’État, dont 69,5% de titulaires et 14,1% de militaires. Ce total était alors inférieur de 1,4% à celui de 1998, ce qui représentait une décrue de près de 35000 agents en une décennie. Mais pendant ce temps, les collectivités locales avaient continuées à recruter à tour de bras avec près de 70.000 créations d’emplois en 2008. La fonction publique territoriale employait désormais 1,82 million de fonctionnaires. Un total supérieur de 3,9% à celui de 2008 et, surtout, une envolée de 40% par rapport à 1998 (exemple la Corrèze, sous François Hollande, avait fait passer les effectifs de la région de 831 salariés en fin 2007, à 1218 fin 2009, si vous reportiez ce chiffre sous les 21 autres régions à gauche vous comprendriez mieux pourquoi la dette n'avait cessé d'augmenter sous le quinquennat de Sarkozy). Au 31décembre 2008, on dénombrait quasiment 5,3millions de fonctionnaires en France, soit 20,5% de l’emploi total et 656.000 de plus qu’il y a dix ans. En fixant le nombre de fonctionnaires à 5,3 millions, la Cour passait sous silence tous les salariés qui ne relevaient pas de la fonction publique au sens strict, mais qui étaient payés par les pouvoirs publics sans avoir le statut de fonctionnaires. Or, ils étaient très nombreux tous ces agents rémunérés par l’Etat, les organismes publics ou parapublics et les entreprises publiques. Leur recensement avait été fait par un rapport passé inaperçu : le rapport annuel sur l’état de la fonction publique publié en 2007 par le Conseil supérieur de la fonction publique de l’État. Si l’on comptabilisait tous les salariés rémunérés avec l’argent public, fonctionnaires ou pas, le total atteingnait environ 6,9 millions de personnes soit 26% de la population active française. C’était donc un Français actif sur quatre qui appartenait au secteur public.
    Sur ces quelque 2 millions de personnes hors fonction publique, environ 712 000 étaient des agents des entreprises publiques (Poste, RATP, SNCF, etc..) et 700 000 autres travaillaient dans des organismes privés à financement public (associations, enseignement privé, organismes de protection sociale, etc.).
    Tous ces employés dépendaient de l’argent des contribuables autant pour leurs salaires que pour leur retraites. Si l’on en croit ce que disait la Cour alors, le coût moyen d’un fonctionnaire tout au long de sa vie était de 3,5 millions d’euros. Donc, au total, les personnes employées par l’Etat coûtaient 24500 milliards d’euros aux contribuables français…
    Voila la principale cause du déficit de l'Etat et de la dette publique, il faudrait que l’Etat refasse ses comptes. Il pourrait ainsi s’apercevoir que ses coûts salariaux sont les vrais responsables des déficits et de la dette (alors que les investissements publics dont on nous parle tant sont comparativement ridicules, comme en atteste une étude de l’IREF ) ».

  • napo
    napo     

    Chiffres su chômages sous le quinquennat de Sarkosy en Pleine Crise 2008-2012
    Sur cinq ans, le chômage est donc passé de 8% à 9,4% de la population active.
    En mars 2012, la mauvaise tendance se confirme
    Pour le onzième mois consécutif, le chômage a augmenté en France selon les chiffres du ministère du Travail. 16.600 nouveaux demandeurs d’emplois ont été recensés en mars 2012, ce qui porte à 2,884 millions le nombre de personne au chômage. Si on inclut les demandeurs ayant une activité réduite, Pôle emploi comptait 4,309 millions d'inscrits fin mars, soit 30.700 de plus que le mois précédent.
    Avec onze mois consécutifs de hausse du chômage, le bilan de la dernière année du quinquennat Sarkozy est en effet sans appel : le nombre des demandeurs de catégorie A, c’est-à-dire sans activité, a crû de 7,2%. Mais qu’en est-il sur cinq ans ?
    Une hausse de 35% sur cinq ans
    Lorsque Nicolas Sarkozy arrive au pouvoir, en mai 2007, le taux de chômage est de 8% de la population active. L’été 2007 est encourageant avec une baisse du chômage mais la courbe s’inverse dès le début de l’année 2008 et cette tendance ne changera plus. L’effondrement de la banque Lehmann Brothers et la crise financière sont bien évidemment passés par là.
    Sur cinq ans, Pôle Emploi a enregistré 747.000 chômeurs de plus en métropole, un chiffre en hausse de 35%. Si on cumule les catégories A, B et C, le nombre de chômeurs supplémentaires monte à 1,078 million, toujours en hausse de 35%.
    "Au début de la crise, ce sont plutôt les hommes qui ont été impactés car la crise a été d’abord plus forte dans les secteurs de l’industrie et de la construction. Puis le secteur des services a été touché. Ce sont donc les femmes qui ont alors souffert du chômage ", décrypte Eric Heyer, directeur adjoint du département Analyse et Prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).
    "Tout le monde a donc été fortement touché par la hausse du chômage", poursuit-il, mais certains catégories ont été plus particulièrement concernées lorsqu’on raisonne en terme d’âge. Le nombre de senior au chômage est ainsi passé de 355.000 à 609.000, en hausse de 70%, ce qui en fait les premières victimes de la crise. Ces derniers ont mécaniquement subi deux tendances : le report de l’âge de départ à la retraite et la limitation des dispositifs de préretraite, qui leur permettait de disparaître des chiffres du chômage.
    La faute à la crise ou au gouvernement ?
    En période électorale, ces mauvais chiffres favorisent évidemment les critiques sur la gestion du gouvernement. L’opposition n’a pas manqué de profiter de l’occasion pour dénoncer l’action de Nicolas Sarkozy, "plus que jamais le candidat du vrai chômage", a ironisé Martine Aubry jeudi. Ce dernier se défend en rappelant que la crise est passée par là. Les deux argumentaires sont valables aux yeux d’Eric Heyer, qui dresse un bilan contrasté de la lutte pour l’emploi.
    "C’est principalement la crise qui explique la dégradation du chômage", rappelle-t-il. les autres pays ? zone euro (17 pays) 7,7 à 11,4 % population active (crèce 7,7 à 24,3; Espagne 11,3 à 25,1; Irlande 6,4 à 14,7; Portugal 7,7 à 15,9 ...)...

  • napo
    napo     

    Arrêter de dire des contres vérités partisanes >>> Tout le monde disait il y a encore 1 ans à peine : Sarkozy 600 milliards de dette publique en cinq ans malgré la crise qui était alors bien plus grave que actuellement. Voilà ce que dit aujourd'hui la cour des comptes à la tête de laquelle Sarkozy avait nommé un socialiste (on comprend maintenant pourquoi la cours des comptes n'a pas sortie ce rapport il y a dix huit mois, cela aurait été couper l'herbe sous le pied de FH et lui enlever son principal thème de campagne ainsi qu'a tous les socialistes(les 600 milliards de dettes). Pourquoi personne ne dit aujourd'hui que cela était, alors, un mensonge ?): < Sur Les 1000 milliards de dette publique, la cour des comptes affirme que 400 milliards sont du à la crise, 400 milliards au budget de fonctionnement conjoncturel et les autres 200 milliards à mettre au crédit de Sarkozy (donc en vérité 200 milliards en 5 ans et pas 600 ou plus comme l'affirme certains)Cela a permis, soit dit en passant que les français traversent mieux la crise que patiquement tous les autres pays Etats unis compris. En attendant Hollande en 18 mois c'est 200 milliards de dettes en plus, des impôts en plus pour les classes moyennes,les entreprises, de nouvelles taxes en plus pour rapporter encore plus d'argent, une relance d’embauches dans le secteur publique (60 000 à l'éducation nationale, 5000 à la poste etc. Etc. Miam Miam c'est la dette publique qui se goinfrera encore plus) des contrat aidés financés à 75 % par l'état et les collectivités locales (miam miam la dette publique et les impôts locaux)... Hollande c'est Sarkozy multiplié par deux voire par 3 ou 4 au niveau de la dette publique, avec en plus les hausses d'impôts douloureuses pour tout le monde retraités compris et moins de recette chez les riches (exodes fiscal massifs). Alors que préférez-vous ? Que les riches paient moins d'impôts mais continus à les payer en France ou qu'ils en paient plus mais qu'ils s'expatrient à l'étranger pour ne plus en payer du tout ?... Et il ne faut pas oublier que la crise était, en 2008, dix fois pire qu'elle ne l'est actuellement. En avez vous vue les effets sur vos impôts et sur la vie de tous les jours comme actuellement ? Nous ne subissons actuellement que les reliquats de la crise de 2008. J'ai l'exemple de quelqu'un que je connais et qui ne touche que 1500 euros par mois et dont l'augmentation cette année sera 400 euros en plus d’impôts sur le revenus.

  • ESTUAIRE
    ESTUAIRE     

    C'est d'une facilité ............AU MOINS COMME IL NE SE ""MOUILLE PAS !

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    Si tout va mal, évidement c'est la faute à Sarko. C'est juste pathétique, les socialistes sont pire que enfants. Incapables d'assumer quoi que ce soit de leurs conneries.

  • rolandus
    rolandus     

    Pour une fois on à le courage de dénoncer la "dette monstrueuse" laissée par N. Sarkozy......et pourtant c'est une certitude. A entendre les "donneurs de leçons" (UMP et consorts) c' est le gouvernement actuel qui est à l'origine de cette situation dramatique.
    Malheureusement, cette affirmation est également reprise en boucle (tous les jours) sur les chaînes d'informations.
    Permettez moi de vous informer de la réalité de la situation socio-économique, à travers l'évolution de quelques indicateurs, en distinguant 3 périodes - (situation en 2007 - 2012 - et année 2013)
    Périodes : 2007 2012 2013

    PIB (en milliards d'euros constants) 1.801 1.800 1.815
    TAUX DE CROISSANCE -
    (Base 100 en 2007) 100 100.4 100.3

    DETTE DE L'ETAT
    ( en milliards d'euros) 1.212 1.834 1.901

    DEFICIT DE L'ETAT
    (en milliards d'euros par an) 51 87 75
    A noter des records en : 2009 : 138 2010 : 148 2011 : 91
    COMMERCE EXTERIEUR
    (déficit en milliards d'euros) 42 67 61
    CHOMAGE
    (.000 de chômeurs cât. A) 2.001 3.125 3.303

    CONCLUSIONS : Tous les commentaires diffusés en permanence sont un gros ramassis de mensonges. (analyse des indicateurs) La période de 2008 à 2012 c'est bien les donneurs de leçons qui étaient à la barre.....Période du " DECLIN DE LA FRANCE ".
    Messieurs/dames les journalistes/éditorialistes à vous de rectifier ces contre vérités, c'est votre rôle......et pas adhérez aux mensonges et autres palabres des donneurs de leçons. L'année 2013 est bien en légère amélioration, et on peut en conclure que l'exécutif est sortie du tunnel - la France en faillite - légué par les prédécesseurs.
    DITES LA VERITE AUX FRANCAIS, C'EST UN IMPERATIF POUR LE BIEN DE NOTRE PAYS.

  • pascaline13
    pascaline13     

    On verra celle que vous laisserez quand vous serez viré.
    Même MELENCHON a dit hier qu'en 1an et demi vous avez dépensé plus que la droite.
    En attendant, c'est pas dans la poche des Français qu'il est allé l'argent.

  • rozalie
    rozalie     

    Montebourg, le ministre inutile payé à rien faire ferait bien de faire profil bas et de la fermer !

  • lagauche
    lagauche     

    il avait bien raison, le monsieur Allemand, hier soir, il disait , vous avez la droite la plus bête du monde.Ils ont besoin du peuple pour ce faire élire, et quand ils sont au pouvoir il gouverne contre leur propre peuple. Bon ok, mais c'est ce que fait , en ce moment ce lui qui à viré à droite. La 6 ème république et vite.

Lire la suite des opinions (36)

Votre réponse
Postez un commentaire