En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le projet annoncé par François Hollande prévoit de ramener de 22 à 14 le nombre de régions.
 

L'agence de notation américaine, dans une note publiée ce 9 juin, estime que les gains découlant de cette réforme mettront du temps à être efficaces.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • rascal
    rascal     

    Pourquoi cela serait plus économique? On n'aurai plus besoin de trains, de routes d'ecoles et de postes pour loger les copains et les enfants des copains ???

  • Petit Compere
    Petit Compere     

    Après avoir lamentablement échoué en tentant de résoudre les problèmes en augmentant les impôts, Hollande tente une autre politique.Mais il n'a plus la légitimité des urnes. Pour l'avoir, il lui faudrait un référendum et ça, il ne l'osera pas..

  • Xdreamy
    Xdreamy     

    Il n'y a pas que Moody's dans ce cas............!

  • stannischlass
    stannischlass     

    .... combien ça va coûter ? voilà la question essentielle .

  • stannischlass
    stannischlass     

    Le peuple doute aussi et ça , on s'en fout également !

  • moi81
    moi81     

    Moody's doute des économies de la réforme territoriale, nous aussi. Surtout avec cette bande d amateurs!!!!!!!

  • henriettalyon
    henriettalyon     

    De toute façon, ils ne sont jamais satisfaits, on ne fait rien ou pas, ça ne change rien.
    Les agences de notation ont ruiné certains pays, il est honteux que ces TRUCS aient encore voix au chapitre.

  • henriettalyon
    henriettalyon     

    On s'en fout de moody's !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Et encore, on parle d'économies dans l’hypothèse où on toucherait aux nombre d'institutions, ce qui n'est absolument pas à l'ordre du jour. Non ce qu'on fait aujourd'hui c'est juste bouger des frontières. Pas plus. Ca dérange tout le monde, ça implique des coûts (changer tous les entêtes, tous les logiciels,etc) avec des coûts totaux qu'on va "découvrir" comme étant bien supérieur aux estimations, tout ça sans rien en échange.

Votre réponse
Postez un commentaire