En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
"Les contreparties, ça se discute, ça se négocie" a déclaré Jean-Marc Ayrault
 

Le Premier ministre a appelé, ce lundi 10 février, les socialistes à la mobilisation. Le pacte de responsabilité rencontre vives réticences et doutes dans la majorité.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Francois57
    Francois57     

    Ayrault veut rassurer les socialistes , c'est bien normal du fait que memes les socialistes n'y croient plus. Finalement il n'a que 19% à convaincre.

  • fifi0682
    fifi0682     

    il ne manque pas d'air! il fait une politique "sociale démocrate" et a trahi tout son électorat et maintenant, il demande leur confiance! J'ai l'impression de vivre dans la 4 ème dimension avec ces guignols!

  • danytou
    danytou     

    Comment être rassuré avec un ectoplasme pareil ?

  • canardeur
    canardeur     

    si le pact de confiance etait si bien que ca,pourquoi les gens de son propre parti le critique,et si toute la gauche était derrière,il aurait pas besoin de les rappeler a l ordre,les millitants ont bien compris que ce ramassis d amis ne pensait qu as leurs ventre, quand il va sauter,mêmes sa mairie il pourras mêmes plus y aller,avec son cinéma qu il a fait pour construire un aéroport,alors qu il suffit d agrandir celui existant,quand ont chope la grosse tête,ont passe plus les portes,et pendant ce temps,hollandius passe son temps en voyage a l étranger,quoique il y as que ses pays pour lui dérouler le tapis rouge,ici c et les bonnets rouge

  • FLIBUSTE
    FLIBUSTE     

    "Rassurez-vous les gauchos, pas d'économies en vue, de nouvelles taxes après les élections". Il reste encore quelques frontaliers a plumer. Comme cette taxe de 8 à 13% du revenu brut annuel des travailleurs frontaliers à partir du 1er juin 2014. Les troupes d'électeurs socialistes (fonctionnaires, SNCF, EDF, etc...) garderont leurs avantages .... Et dire que la campagne présidentielle de HOLLANDE parlait du pouvoir d'achats des salariés ... Quelle foutaise... C'est pas de la Justice Sociale, c'est de la justice socialiste.

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    Au lieu de jouer perso du côté des militants, faudrait s'élever un peu et rassurer plutôt les Français.

Votre réponse
Postez un commentaire