En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pour le patron de vente-privée, la fiscalité en France est «une catastrophe»

Jacques-Antoine Granjon, fondateur de vente-privée.com
 

Interrogé sur BFM Business, Jacques-Antoine Granjon, créateur de vente-privée.com, a critiqué la fiscalité des entreprises en France, tout en affirmant ne pas vouloir aller « le crier sur tous les toits ».

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • roadking
    roadking     

    Entièrement d'accord.En "serrant les boulons" et en gérant correctement, il y a des gains ENORMES à réaliser (entre 50 et 100 milliards /an)Seulement,une caste de nantis veut rester accrochés à leurs privilèges en promettant n'importe quoi (campagne présidentielle du pingouin). Seulement ,ce système ne peut pas perdurer.Qu'est ce qui va se passer ?Je n'en sait rien ,mais ça peut très mal se passer .

  • Demoulinsart
    Demoulinsart     

    Ne pas confondre causes et conséquences.........
    Notre fiscalité suit l'évolution de notre budget social qui est le + élevé au monde par rapport à la population et présente le + mauvais rendement redistributif sur ses nationaux.........Et oui, rien à voir avec Finlande, Danemark et autres pays au social également hypertrophié mais où on ne paye pas à guichet ouvert !!!...Alors...il faut bien trouver du fric pour nourrir cette politique folle !

  • danalou06
    danalou06     

    Le grand malheur de ce gouvernement c'est qu'ils n'ont jamais diriger une entreprise. Quand il manque de l'argent ils augmentent les impôts mais c'est pas comme ça que ça marche.

  • ALEX BENOIT B
    ALEX BENOIT B     

    Il vaut mieux revenir aux 39 ou 40 heures en augmentant les salaires. Cela ne mettra pas le tourisme en berne car si tu t’intéresses à ce qui se passe, tu verras que beaucoup de gens partent chaque week end et pour chaque vacances scolaires.

  • JUV2NAL
    JUV2NAL     

    Vous avez dit fiscalité ? Alors au lieu de courir après toutes sortes de subterfuges et expédients fiscaux...Alors une suggestion à l'attention de Mr FABIUS et consorts....Il faut assujettir LES OEUVRES D'ART à l'impôt SUR LA FORTUNE !!! Cette "niche fiscale" est une niche de gôche tabou (n'est-ce pas monsieur Bergé, Mme Sainclair, monsieur Roland Dumas etc...liste non limitative.... Elle n'est justifiée par rien ! ni justifiable ! Sauf pour échapper à l'ISF des gôchos nantis.

  • JUV2NAL
    JUV2NAL     

    UNE MESURE QUI NE COUTE RIEN ! (l'oeuf de colomb !)
    Suppression de la 5ème semaine de congés ! Elle ne sert à rien, le pouvoir d' achat ne permet plus d' en jouir. Les économies ainsi faites augmente celui-ci. L' employeur y retrouve la compétitivité sans charges supplémentaires. Jusqu'au retour à meilleure fortune... Idée lumineuse ! CHOC DE COMPÉTITIVITÉ ! Voilà une idée simple,frappée au coin du bon sens! Et qui ne coûte rien, sauf beaucoup de courage pour les politiques et les Français lucides de la réalité de la situation de notre pays, qui n' est pas une ile,isolée, au milieu de ce monde en guerre économique!

  • joel the clone
    joel the clone     

    " ne pas vouloir aller « le crier sur tous les toits ". Il a peur de se faire arracher une main par la police à Hollande.....

  • joel the clone
    joel the clone     

    Ouais mais lui n'a pas de milieu de mois difficile.....

  • JUV2NAL
    JUV2NAL     

    Après la "pause fiscale"... les "impositions rétroactives" (assurance vie...etc)... et tous les expédients fiscaux type Red Bull, ne pouvons nous pas à notre tour, nous citoyens, instituer le "VOTE RETROACTIF".... et les envoyer paître ?

  • dany51
    dany51     

    Comme d'habitude, lorsque les affaires vont mal c'est toujours de la faute aux salaires, les impôts etc. mais ce n'est jamais de la faute au chef d'entreprise. Lorsque j'ai démarré dans la vie active, on m'a répété sans cesse « Les mauvais ouvriers ont toujours de mauvais outils ». Alors monsieur Jacques-Antoine Granjon commence par revoir ton site où il faut d'abord décliner son identité pour savoir ce qui-ci vend dans ton commerce.

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire