En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pierre Gattaz: la France, cette "élève surdouée qui glande au fond de la classe"

Pierre Gattaz était l'invité de BFMTV-RMC ce vendredi 10 avril
 

Le président du Medef était l'invité de BFMTV-RMC ce vendredi 10 avril. Il a appelé le gouvernement à poursuivre les réformes et a évoqué son "CDI sécurisé".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Qu'il est beau notre gattaz pas vrai ? Son entreprise a augmenter son chiifre d'affaire de 20% et comme c'est un patron responsable ,il a augmenter les salaires de ses salariés. A le grand gattaz quel grand patron 2% , ce que prévoyez l'accord de branche de son secteur d'activité. Sacré grand patronat

  • beaudolo
    beaudolo     

    Ah, le dernier commentaire date d'hier à 15h17, heure à laquelle JM est parti en WE!

  • beaudolo
    beaudolo     

    "c'est un élève surdoué au fond de la classe qui glande", assis bien au chaud à côté du radiateur, de toute façon il sait qu'il aura à manger ce midi et ce soir et que le prof n'osera pas lui donner de mauvaises notes sinon il devra s'expliquer avec le proviseur!.

  • constantin
    constantin     

    il parle pour valls et hollande?????

  • R1
    R1     

    Si les patrons étaient des surdoués ça se saurait , un changement de génération doit se faire rapidement !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    La France EST une classe.
    Les élèves ont élu pour délégué celui qui glandait au fond de la classe.
    Au motif que l'ancien, bien qu'avec des notes maximales, n'était pas assez performant à leurs yeux.

  • pujolm
    pujolm     

    Et a côté de ces beaux discours " la Halle" licencie un nombre impressionnant d'employés et le directeur par avec 2 ou 3 millions je trouve un peu choquant qu'après avoir mené la société au plus bas voir a la faillite il puisse toucher autant, alors svp mr Gattaz balayez devant votre porte et cessez de dire que les travailleurs sont responsables de la situation dans laquelle se trouve la France.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à pujolm)

    C'est drôle, parce que le seul qui dit une chose pareille, c'est vous !

    Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710      (réponse à pujolm)

    On peut contester la prime de départ du PDG de Vivarte surtout avec de tels résultats. Que je sache, cela ne coûte rien à la collectivité, contrairement au retard de 6 mois pris dans la mise en oeuvre du plan d'investissement de 3,2 milliards d'euros dans le réseau autoroutier pour des raisons de basse politique. On pourrait évoquer ce que coûte à la collectivité les retraites confortables de nos dirigeants de ces 30 dernières années avec les brillants résultats qu'on sait (dettes, déficits, chômage,réformes brillantes 35 heures, 75%, ISF, exit tax, compte pénibilité).
    On peut déplorer la situation catastrophique de VIVARTE, et les concéquences sur le plan social. LE PLUS CHOQUANT C'EST QUE LE MARCHE DU TRAVAIL SOIT TELLEMENT BLOQUE QUE LES EX VIVARTE N'AIENT PAS DE PERSPECTIVE SERIEUSE DE RETROUVER RAPIDEMENT UN JOB !!

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Facebook-830482023649710)

    Ca coûte 3 millions dans la caisse de liquidation qui manqueront à la répartition, au paiement des créanciers, qui engendreront des dépôts de bilan, du chômage, et donc un coût pour la collectivité.
    Ceci dit si le poids de l'état était moins présent, les gens au lieu de se contenter de geindre, pourraient reprendre des activités.
    Ce serait une solution.
    Concrète, pratique.
    Mais ça impliquerait de devenir un "pourri de patron".
    Donc en attendant vive le chômage, les délocalisations et le clivage entre le haut et le bas.

  • gouik
    gouik     

    Je l'ai écouté, il prône comme d'habitude la précarisation du travail, appliquer le contrat de chantier à tous, au moins, au moindre coup de vent boursier on licencie, pauvre travailleur!

    Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710      (réponse à gouik)

    Vous semblez ignorer les 5,5 millions de chômeurs et un de plus chaque minute, ceux là qu'en faites vous ? Faciliter les licenciements, on a jamais essayé en France, donc difficile de dire ce que ça ferai. Par contre durcir les conditions de licenciement ça on voit bien ce que ça a donné ces 30 dernières années !
    Ne rien changer c'est voir le chômage continuer à augmenter dans l'indifférence la plus totale, et voir des personnes privées d'emploi depuis 2 ans ou + définitivement sorties du marché du travail parce qu'inemployables, ceux qui ont connu ou qui connaissent une longue période de chômage savent de quoi je parle.
    Systématiquement appeler précarisation le fait de travailler différemment avec d'autres formes de contrat de travail, c'est méprisant parce que nos voisins réussissent à le faire et même avec des hausses de salaire (GB, Allemagne).
    5,5 MILLIONS DE CHOMEURS, C'EST LA PLUS GRANDE PRECARISATION !!!

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Facebook-830482023649710)

    Ah si on l'a fait en France.
    On l'a même fait durant des siècles.
    On a arrêté y a 30-40 ans, vers la fin des trentes glorieuses.

  • Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710     

    "la première injustice française c'est le chômage"

    La bonne nouvelle, c'est quelqu'un se préoccupe du chômeur supplémentaire en France chaque minute.

    La bonne nouvelle, c'est que ça vienne des partenaires sociaux qui sont au coeur des réformes nécessaires à la France: marché du travail, retraites, sécurité sociale, formation professionnelle.

    On va devoir se contenter de petites avancées, loin de la mère des réformes du marché du travail.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Facebook-830482023649710)

    Oh tout le monde en parle l'air contrit du chomage, hein, c'est de la politique :)

Votre réponse
Postez un commentaire