En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Tabac cigarette TVA taxe addiction finances publiques paquet
 

Les fumeurs rapportent largement plus qu'ils ne coûtent d'argent aux finances publiques, estime une étude parue ce lundi. Mais il est bien le seul à s'enrichir.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Nycole
    Nycole     

    Les fumeurs rapportent largement plus qu'ils ne coûtent d'argent aux finances publiques, estime une étude parue ce lundi. Mais il est bien le seul à s'enrichir.
    Mauvais pour la santé, le tabac, certes, mais pas pour les finances publiques. Une étude parue ce jeudi évalue les recettes (nettes) que tire l'Etat de cette mauvaise habitude.
    Le gestionnaire des comptes publics est d'ailleurs bien le seul à s'enrichir grâce aux fumeurs.
    Dans la colonne "crédit", se trouvent évidement les taxes récoltées sur la vente de cigarettes, de 14 milliards d'euros, TVA comprise. Autre recette: les économies réalisées par l'Etat sur les retraites non-versées du fait de la mortalité précoce des fumeurs. Elles atteindraient 6,6 milliards d'euros, selon les auteurs de l'étude.
    Au total donc, l'attrait pour le tabac de ses administrés coûte 19,6 milliards d'euros à l'Etat, mais lui en rapporte 20,6. Il empoche donc un milliard d'euros net sur l'addiction d'une partie de la population. Pour équilibrer les deux colonnes, il faudrait que le paquet soit abaissé à 6,62 euros, soit 38 centimes de moins que le prix actuel de référence, à 7 euros.

Votre réponse
Postez un commentaire