En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le conseil régional de Poitou-Charentes, ici en photo, devrait être intégré à une grande région Centre.
 

L'Elysée vient de faire connaître la nouvelle carte des régions qui devrait être soumise au Parlement à l'automne. Leur nombre devrait passer de 22 à 14. Les conseils généraux seraient, eux, supprimés en 2020. Quelles conséquences économiques pourrait avoir cette réforme territoriale?

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Colibrick
    Colibrick     

    L’éclatement du continent européen au service des États-Unis :
    [..] La « sympathie » américaine à l’égard de cette forme de régionalisation s’explique par le transfert du pouvoir politique des États vers les régions. Désormais, la « région-État » se pare d’une autonomie politique de plus en plus grande dans les domaines qui touchent l’administration, la justice, les systèmes bancaire et postaux ou encore l’éducation, cette dernière devenant de plus en plus - quoiqu’en disent les autorités officielles - une éducation régionale. Or, ces instances politiques régionales sont conduites à traiter directement avec les instances supranationales de Bruxelles en court-circuitant l’autorité nationale. Ceci ne peut que combler d’aise les dirigeants politiques et économiques états-uniens qui, par l’intermédiaire de leurs puissants lobbies présents massivement à Bruxelles, pourront engager des contacts directement avec la Lombardie, l’Alsace, la Catalogne, etc. Entre d’un côté, la puissance politique, militaire et économique considérable des États-Unis et de l’autre, une quelconque région d’Europe, on devine sans peine quel parti Washington tirera de cette affaire.
    Pour renforcer l’emprise complète américaine sur le vieux continent, Les États-Unis ont présenté au seul gouvernement allemand une véritable feuille de route pour l’extension à l’Est de l’Union européenne (l’UE) et de l’OTAN.[..]
    En tout cas, l’éclatement de l’Europe comme le présente cette carte de l’ARE est encore transitoire. En effet, l’émergence première des régions est le préalable avant de passer à un autre niveau : le remaniement des frontières régionales en fonction de critères économiques et ethniques. Dans le cadre de l’interrégionalité, de nombreux regroupements sont possibles comme par exemple entre les entités basques française et espagnole ou encore entre l’Alsace et le Pays de Bade. C’est tout l’enjeu de la carte élaborée par la commission européenne en 2002. En effet, l’objectif étant de créer un vaste marché économique de libre-échange transatlantique, les technocrates bruxellois ont procédé à des remaniements territoriaux afin de créer des groupes économiques comme le stipulent les textes officiels :[..] Pierre Hillard 11/07/03 http://bit.ly/SDE7oY

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Ma problématique démocratique était liée aux capacités de blocage en effet, et si comme vous l’avez évoqué cette réforme entérinera la mise en place d’un système de représentativité des Français à la proportionnelle adjoint d’un rééquilibrage des pouvoirs entre état et régions alors oui cette réforme sera vraiment très bonne. Pour ce qui est de l’intercommunalité j’ai tout de même des réserves inhérentes aux dépenses de fonctionnement. Aujourd’hui les communautés de communes sont plutôt génératrices de dépenses publiques et d’augmentation des taxes locales. De plus il pourra avoir selon le Maire élu, des problématiques inhérentes au plan local d’urbanisation. En effet un Maire voulant préserver son ancienne entité communale pourra faire construire à outrance dans l’ancienne commune voisine et ainsi préserver le cadre de vie de son ancienne commune. Mais in fine pourquoi pas si les le projet sera bien pensé. Ça a du sens à tous les plans.

  • lagauche
    lagauche     

    il ne pourra être envisager des économie que lorsqu' il y aura : moins d'élus rémunérés.Le hic c'est que tous ces cols blancs ne savent faire que ça, vivre de nos impôts.C'est pour ça qu'il faut passer et vite à la 6 ème république, l'élu c'est le peuple, l'élu c'est le bénévole, j'en connais qui ont toujours eu un mandat d'élu, ils n'exerce pas un métier qui produise des richesses, le problème est bien là .

  • nad 33
    nad 33     

    et au minimum 11 milliards pour mettre le reforme en place,ils vont trouver ça ou?? dans nos poches,c'est pas10mais de 2 a 5 milliards d’économie d'ici 5 a 10 ans!

  • HERRIN
    HERRIN     

    L'intercommunalité est la suite logique , je connais deux villages qui se sont réunis il y a 20 ans pour créer une commune de 140 habitants , il y a un maire élu et 10 conseillers municipaux , avec des indemnités certes faibles mai le problème n'est pas là , ces 2 ex communes nourrissent encore maintenant des antagonismes , 2 églises, 2 salles de fêtes sincèrement à quoi ça rime, surtout avec un poids ridicule au niveau de l intercommunalité ce qui engendre chez certains des frustrations ( je rêve).
    Alors oui créons des inter communes fortes dans des régions fortes.

  • HERRIN
    HERRIN     

    Pour moi il n'y aura pas de problème de représentativité et surtout pas de démocratie, ce que je vois par contre c'est moins d'élus que ce soit au sénat dans un premier temps et à l'assemblée , ce qui voudra à mon sens nécessairement un vote à la proportionnelle, avec une meilleure représentation du spectre politique mais une capacité de blocage plus forte , les institutions devront trouver un équilibre entre le pouvoir des régions et celui de l'état centralisateur.
    Pour moi c'est la mère des réformes .

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Bonjour Lysa. Les fonctionnaires sont des élites qui n’auront aucun mal à se réinsérer dans la vie active. En effet, certaines régions pourront externaliser certaines tâches à des entreprises privées créées pas ces fonctionnaires étant en doublon dans l’ancienne organisation territoriale d’un autre âge.
    En effet l’entreprenariat rendue compétitive par moins de charges, les agents économiques moins taxés sont des conditions essentielles qui permettront de tendre vers le plein emploi.

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Il est évident que si les nouvelles régions créées seront diminuées des emplois de fonctionnaires devenus doublon et plus que doublon, alors des économies non négligeables seront dégagées. En revanche s’il s’agit de garder les mêmes budgets des anciennes régions pour les réaffecter aux nouvelles supra régions alors les économies ne seront pas au rendez-vous. A budget identiques les emplois doublons pourront être redéfinis avec de nouvelles descriptions de postes et ainsi ne plus être doublon. De même une problématique politique réside derrière cette réforme.
    La création de supra région, dont certains pouvoirs politiques seront dominants, comme par exemple le socialisme, engendrera un parlement moins représentatif qu’aujourd’hui des différents courants politiques. À ce moment-là qu’adviendra-t-il de la représentativité de peuple et donc de la république ?

  • HERRIN
    HERRIN     

    Il faut commencer par un bout et c'est fait , les esprits chagrins qui critiquent sont les mêmes qui qualifient d'immobilisme FH. Déterminer le nombre de région puis supprimer les conseils généraux puis favoriser l'intercommunalité en faisant émerger des "communes de 10.000 ou + .
    Quand on voit que dans certaines communes ( 120 habitants) fusionnées depuis 20 ans des antagonismes restent forts , il est surtout essentiel de profiter du centralisme français pour imposer cette réforme.

  • pasquedubien
    pasquedubien     

    D 'une bonne idée , des socialistes sérieux de l' époque, la décentralisation, tous , ont fait, des tours de babel, des cathédrales, à remplir , en mobilier, personnel, frais d 'entretien, frais de fonctionnement...que va - t - on faire de ces cathédrales laîques ??? les laisser fermées, ( pour qu 'elles ne se remplissent pas !!) les détruire....

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire