En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Bercy tablait auparavant sur une fourchette de 3 à 4 milliards d'euros.
 

Selon les informations de BFMTV, les demandes de régularisation des contribuables possédant des avoirs à l'étranger pourraient représenter une manne de 5 à 6 milliards d'euros. Environ 21.000 dossiers auraient été déposés depuis juin 2013.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • fifi0682
    fifi0682     

    normal, le frère journaliste d'un des membres du gouvernement l'a eu entre les mains! Il doit y avoir des noms qu'il ne faut pas divulguer! l'affaire est donc étouffée!

  • fifi0682
    fifi0682     

    normal, le frère journaliste d'un des membres du gouvernement l'a eu entre les mains! Il doit y avoir des noms qu'il ne faut pas divulguer! l'affaire est donc étouffée!

  • HERRIN
    HERRIN     

    C'est une bonne chose ......

  • elminster
    elminster     

    Il y avait pas une liste de nom de fraudeurs français qui a été donné à l'administration fiscal par un "repentie" cadre de banque bien connu ??? On en entant plus parlé...

  • Alan taf
    Alan taf     

    Et les 50milliards de fraude fiscale ?

  • Alan taf
    Alan taf     

    Mais non !

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Destructions causées par des impôts trop élevés. Comme le chomage. Comme la baisse générale du pouvoir d'achat. Comme la fuite des cerveaux et jeunes actifs performants. En fait les impôts ne sont pas la solution du problème, ils en sont la cause.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Une goutte d'eau. C'est ce dont l'état a fait cadeau à la seule ville de Marseille. Y a-t-il un journaliste pour nous dire ce que représente le manque à gagner pour l'état des +50% de destruction d'entreprises entre mi 2012 et fin 2013 ?

  • seraphin dupond
    seraphin dupond     

    Ont-ils vraiment raison ?
    Déjà à la base ils ont tort... J'ai eu plus de la moitié de mon patrimoine financier placé à l'étranger du temps de ma splendeur (à Wall Street). J'ai toujours tout déclaré en France (Il y a un formulaire spécial pour cela disponible aux Impots).
    Puis en 2008 j'ai été licencié, j'ai décidé de tout revendre (bonne pioche) et me mettre en position 100 % liquides, excellent choix, j'ai échappé à l'effondrement boursier.
    Puis en 2009, après avoir rapatrié tous mes fonds de l'étranger, j'ai eu l'excellente idée citoyenne de tout réinvestir en France. Erreur fatale...
    J'y ai acheté une affaire trop chère, payé trop cher un avocat incompétent de la place de paris et des intermédiaires qui ne pensaient qu'à leur com... et depuis je me débats pour garder en vie ma petite TPE, enfouie dans le trou du cul de la France...
    Si j'avais tout réinvesti dans le CAC40 ou ailleurs (il était à 2500 euros au plus bas en 2009... j'aurais fait une plus-value de 77 % qui m'aurait permis de vivre de mes rentes).
    Au lieu de quoi après avoir tout rapatrié et réinvesti en France je risque de tout perdre et bien sur en tant qu'entrepreneur patron et salarié... le jour ou je me planterai, je n'aurai droit à rien du tout aux Assedics, même si j'y cotise ! Cherchez l'erreur, la France n'aime pas les entrepreneurs, les investisseurs elle préfère les chomeurs. Je sens que la France m'aimera bientot... lorsque je serai au RSA après avoir été à l'ISF.
    Donc, les rapatrieurs de fonds, merci encore de votre bonté, mais réfléchissez bien.
    L'enfer est pavé de bonnes intentions

Votre réponse
Postez un commentaire