En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
"L'espérance de vie s'allonge, on allonge proportionnellement les durées de cotisation", explique François Rebsamen.
 

Le ministre du Travail a assuré, ce 16 décembre, que le gouvernement pourrait allonger la durée de cotisation afin d'éviter de baisser le niveau des pensions. Matignon et Marisol Touraine ont exclu une telle mesure.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

32 opinions
  • Homme de Boutx
    Homme de Boutx     

    La retraite est un dû, c'est un contrat entre la France et chaque travailleur : les contrats entre la France et les entreprises privées sont honorés (cf ecomov, ... et même Tapie,..) pourquoi la France se comporte en voyou et refuse d'honorer ses contrats avec les Français, : parce qu'il ne savent pas se défendre ?

  • cdnrbt
    cdnrbt     

    QUAND est-ce que les politiques (classe des privilégiés) vont-ils enfin:
    - Payer des impots ?
    - Cotiser à la retraite ?
    - Payer leur dette de 2300 milliards d'€ ?
    Pour l'égalité => REVOLUTION !!!

  • Christophe22300
    Christophe22300     

    Si vous avez travaillé au SMIC toute votre vie, votre pension sera très légèrement supérieur aux minima sociaux que ceux qui n'ont jamais travaillé touchent. Les français ne sont pas du tout incités à travailler.

    gouik
    gouik      (réponse à Christophe22300)

    N'importe quoi, pour le moindre achat immobilier ou autre il vous faut un crédit et on ne donne pas de crédit aux gens au rsa ou aux are, vous racontez des balivernes....

  • Christophe22300
    Christophe22300     

    Le gouvernement actuel refilera la patate chaude au prochain gouvernement, et ainsi de suite. Les politiques n'ont pas et n'ont jamais eu le courage de remettre à plat le système de retraites pour qu'il soit juste pour tous les français, qu'il s'adapte à la conjoncture et ne génère plus de déficit.

  • Gromalin
    Gromalin     

    Dans un pays ou les politiques joueraient le jeu des mesures justes passeraient sans problèmes. Seulement en France les nantis, politiques, grands patrons et certains acteurs médiatiques ne veulent rien lâcher voire s'en mettre plus encore dans les fouilles.

  • résiste
    résiste     

    qu'ils arrêtent ce cirque! on sait très bien ce qui se trame en coulisse. Les ballons d'essai, ça suffit. La ficelle est trop grosse

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    la Loi Macron va taper dur.

    Aux mères célibataires qui n’ont d’autre moyen de survie que d’accepter le travail le dimanche en laissant le gosse seul à la maison ils disent : allez ! au boulot ! Encore 7 dimanches de plus travaillés dans l’année. Aux travailleurs qui n’ont plus d’autre recours que d’aller devant les prud’hommes en surmontant les difficultés qui y existent déjà (les manœuvres dilatoires patronales qui rallongent systématiquement les procédures, l’ANI qui a raccourci les délais de saisine, le principe d’unicité de l’instance qui empêche d’attaquer deux fois le même employeur), ils disent : vous allez trop au Prud’hommes, nous restreindrons les possibilités d’agir par cette voie. Bien sûr, ils ne font rien contre la récente mode, côté patronal, qui consiste à ne pas mettre en œuvre les décisions de la justice prud’homale. Ah mais quand « force doit rester à la loi », il ne s’agit jamais de contraindre les patrons voyous, il s’agit seulement de criminaliser les militants syndicalistes ou les défenseurs de l’écosystème humain.



    La loi Macron est un rouleau compresseur contre les salariés et l’ensemble de la population.

    Le texte prévoit de passer de 5 à 12 le nombre d’ouvertures le dimanche sur autorisation du maire. Il va par ailleurs faciliter encore davantage les licenciements de l’ensemble des salariés en aggravant les dispositions de l’ANI de 2013 : le projet de loi Macron autorise en effet l’employeur à fixer unilatéralement les critères d’ordre des licenciements. La qualité du plan de reclassement en cas de PSE ne sera plus appréciée au regard des moyens dont dispose le groupe mais des moyens uniquement de la filiale en question.
    Pire, l’annulation d’un PSE pour insuffisance de motivation ne donnerait plus droit au versement d’une indemnité par l’employeur et à la réintégration des salariés.
    Par ailleurs, le projet de loi casse brutalement les prud’hommes et la médecine du travail.
    Il met fin également à la sanction pénale de l’employeur s’il porte atteinte à l’exercice du droit syndical.

    Ces dispositions sont inacceptables. La droite gouverne notre pays depuis plus de 12 ans maintenant. Il est urgent que cela cesse.

  • TUONO
    TUONO     

    Ils sont pathétiques

  • deuxc
    deuxc     

    A son âge, on reste à la maison; rebsamen les accumule! MAIS il est très fort: il cumule les absurdités sans rien faire! Qu'est-ce que ce serait s'il travaillait...

  • Miss39
    Miss39     

    Ce ne sont pas les gens qui bosse le plus qui touche le plus ... c'est revoltant ..

    TUONO
    TUONO      (réponse à Miss39)

    Faux! regardez les sénateurs par exemple

Lire la suite des opinions (32)

Votre réponse
Postez un commentaire