En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Laurent Berger estime les propositions du Medef "inacceptables".
 

Pour la CFDT, les propositions du Medef sur le financement des retraites complémentaires sont "inacceptables". Un compromis semble difficile à trouver.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • jean ROBERT
    jean ROBERT     

    Pour info ,je vous signale que j’ai posté une lettre début juin sur le site du premier ministre .Je lui demande ce qu’il allait faire quand il constatera qu’aucune solution valable ne peut venir des "négociations" des partenaires sociaux. N’ayant pas de réponse ( je n’en attendais pas) je l’ai posté à nouveau en août. Je sais aussi qu’il ne répondra pas car cela ne le concerne pas. J’ai depuis fait une copie au président de la république. Mon texte est très mesuré , très correct. Je dis simplement que les choses peuvent devenir très graves. Je remarque que c’est un sujet tabou que personne ne veut aborder,depuis bien des années !! La revue "les cahiers de la retraite complémentaire" N° 15 publiait en mai 2014 un édito signé des 2 directeurs de l’agirc et de l’arrco affirmant que l’engagement était pris avec obligation de résultat pour une solution avant juin 2015 !!
    Les partenaires sociaux n’ont rien fait face à ce problème structurel. Il savent que la solution passe par l’unification des retraites : Plus de régimes spéciaux, de retraites particulières aux fonctionnaires. Notre système est manifestement injuste. Il faut Interdire les retraites supplémentaires et les retraites chapeaux. Plafonner les retraites, les politiques comme tous le monde.
    Les syndicats des salariés ne sont pas compétents et défendent les grands grandes entreprises et surtout le secteur public. S’il y avait la moindre retouche à un avantage à la SNCF, la RATP ou à EDF, ou aux fonctionnaires, il déclencheraient une grève. C’est leur pouvoir de nuisance qui bloque une vraie réforme. Quant au MEDEF, il défendent le patronat, donc les salariés du privé tout le monde s’en balance. Les gouvernements ont tous peur. Il ne se passera rien sans une révolte du privé. Tout le monde le sait et les salariés ne bougeront certainement pas. Ils comptent sur les indemnités chômage, ou le travail au noir.

Votre réponse
Postez un commentaire