En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Revalorisation des retraites complémentaires
 

Les gestionnaires des régimes de retraite complémentaire qui concernent les salariés du secteur privé ont décidé en 2013 pour éviter le creusement du déficit de ces régimes de limiter la hausse des retraites complémentaires au taux d’inflation minoré d’un point.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • VIA IZQUIERDA REGION NORD
    VIA IZQUIERDA REGION NORD     

    Retraites complémentaires ARRCO et AGIRC
    Un nouveau coup contre les retraités et les salariés
    lundi 10 mars 2014
    Communiqué commun de la CGT et de l’UGICT-CGT

    Les conseils d’administration de l’ARRCO et de l’AGIRC, qui se tiendront respectivement les 11 et 13 mars, auront à décider de l’évolution en particulier de la valeur de service des points ARRCO et AGIRC, donc des pensions, pour 2014.

    Au motif de l’application de l’accord de mars 2013, que la CGT n’avait pas signé, il serait question de geler les pensions, au moins pour 2014. Autrement dit, il n’y aurait aucune revalorisation.

    Cela entrainerait une nouvelle baisse de pouvoir d’achat pour les retraités.

    Cela viendrait s’ajouter aux dispositions de la loi de janvier 2014 qui reportent au 1er octobre la revalorisation des pensions servies par les régimes de base ainsi que par ceux de la Fonction publique et par les régimes spéciaux.

    Rappelons que l’ensemble de ces dispositions sont ardemment défendues par la partie patronale au motif des difficultés financières des régimes. Dans le même temps, les entreprises perçoivent 200 milliards d’euros de la part de l’Etat, plus de vingt fois le déficit annuel de l’ensemble des régimes de retraite, soi-disant pour favoriser l’emploi…

    La première conséquence de ce gel des pensions serait une nouvelle dégradation des conditions de vie de millions de retraités avec notamment une baisse de leur consommation, donc un renforcement de la spirale récessive.

    La seconde conséquence concerne les futurs retraités, donc les actifs d’aujourd’hui. En effet, toute stagnation de la valeur de service du point ne se rattrape jamais. Un ou plusieurs points de revalorisation en moins pour les retraites d’aujourd’hui, c’est un ou plusieurs points en moins pour les retraites de demain.

    A l’occasion des Conseil d’administration de l’ARRCO et de l’AGIRC des 11et 13 mars, les délégations CGT et UGICT-CGT exprimeront leur opposition au gel des pensions et la nécessité, a contrario, de revaloriser la valeur de service du point sur la base de l’évolution du salaire moyen.

  • ludo1968
    ludo1968     

    vous l avez vote HOLLANDE voila le resultat ,il faut le vire , pour sauver le minimun la retraite a 60 ans , vous le prenier pour un messie

  • alanthe
    alanthe     

    Et nous n'avons pas fini de payer car tous ces régimes de retraite sont hors la loi par rapport aux lois européennes par la France. Tous les organismes qui gèrent les retraites sont des sociétés privées et elles devraient faire adhérer par contrat les assurés et ce ne devrait pas être obligatoire d'y être affilié. De ce fait, depuis quelques temps, un grand nombre cotisants s'enlèvent de ces organismes pour prendre des assurances privées moins chères et plus performantes. De ce fait, moins de cotisants et plus de retraites à payer = déficit. Les politiques ont laisser se développer un système couteux en frais de fonctionnement et nous conduisent à payer pour ne rien toucher. D'autant plus, qu'ils sont mis à l'abri au sénat et à l'assemblée nationale.

Votre réponse
Postez un commentaire