En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Pour obtenir l'aval de Bruxelles, Ségolène Royal révise son projet de péage aux frontières pour remplacer l'écotaxe.
 

La ministre de l'Energie a précisé, ce mardi 29 avril, son idée de péage aux frontières pour remplacer la moribonde ecotaxe. Finalement, son projet concernera également les poids-lourds français.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • Solaris
    Solaris     

    Les lois ne sont pas immuables, elles peuvent être changées.

  • Solaris
    Solaris     

    Peu importe, il est plus normal de faire payer 90% des camions qui traversent la France et qui sotn étrangers que faire payer 10% des camions français dans les régions de France.

  • Solaris
    Solaris     

    L'ump puisque ce sont eux qui ont fait voter la loi. On va lancer un sarkoton n 2 pour récuperer de l'argent ^^

  • Al Nazrani
    Al Nazrani     

    Rétablir une taxe à la frontière ? Même le FN n'y avait pas pensé...

  • felicie
    felicie     

    Merci a vous ! Excellente piqûre de rappel de la législation européenne dont fort peu de français sont instruits... apparemment jusque dans les ministères grassement entretenus par nos impôts ! Mais tout comme l'analphabétisation qui fabrique des votants bêlants, l'inculture produit des gogos qu'on peut abuser à loisir avec des projets et des programmes improbables. Et ça, nos ministres et leur chef l'ont fort bien assimilé, et l'utilisent d'autant plus facilement que, pour l'électeur par définition non éduqué (merci l'éducation nationale !), cela est très officiellement indolore.

  • felicie
    felicie     

    Voilà une analyse qui méritait d'être faite, on comprend mieux, évidemment, ce qui se trame sous le couvert d'une taxe-cadeau à l'idéologie écolo. Merci de cet éclairage.

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    finalement le déploiement de portiques va nous coûter une fortune alors qu'il fallait seulement le faire aux frontières !!! qui va payer le manque à gagner pour ecomouv ! en plus dès le départ du projet, les PS et l'UMP étaient d'accord.

  • tmjrc2011
    tmjrc2011     

    Personne à forcer les français à dire oui en 1991! Lestaxes aux frontières sont abolies. Meme si elles etaient retablies pour la France, car on voudrait faire plaisir à M Royal,. et bien l'argent irait directement à Bruxelles car la France ne peut encaisser pour son budget des taèxes aux frontières. Cela fait parti des recettes de l'Union. On constate que non seulement le peuple ne connait rien au traité,il n'est ètudié,mais qu'un ministre à peine nominé ose dèfier Bruxelles sur le BA ba du traité, il y a de quoi s'inquiéter sur le recrutement du cabinet des ministres... et ils ont des primes en plus...

  • BASTIDE
    BASTIDE     

    Comme le dise certains Députés "elle brasse du vent pour faire tourner les éoliennes"

  • ituzy
    ituzy     

    Royal continue son entreprise de démolition de ce péage routier qui contribuerait à alléger les impôts de tous les français qui financent par leurs impôts les débats causés par les PL français comme étrangers. Pourquoi? pour 2 raisons : la première c'est qu'elle est manipulée par Pierre Chassigneux, ancien chef de cabinet de F. Mitterrand de 92 à 95, ancien patron des RG et des services secrets, qu'elle a bien connu, ayant été elle-même nommée ministre en 1992. Ce Chassigneux était au moment de la compétition pour l'attribution du contrat président de la Sanef, concurrent d'Autostrade. Il considérait que ce contrat devait "naturellement " revenir à sa société et que c'était anormal que les italiens puisse gagner (alors que Sanef est elle-même une filiale de l'espagnol Abertis…). Il a sans doute pris contact avec Royal dès sa nomination pur tenter encore une fois de jeter le soupçon.
    La deuxième raison est purement politique : il s'agit pour Royal d'un pacte avec Le Drian pour l'aider à parfaire sa prochaine candidature à la présidence de la région Bretagne. L'un des premiers rendez-vous de Royal juste après sa nomination a d'ailleurs été de rencontrer le ministre de la Défense, on se demande bien pourquoi…? quel rapport entre les deux portefeuilles? en fait, l'un comme l'autre savent bien qu'ils ne resteront pas très longtemps ministres, il leur faut assoir un repli en province. Quoi de mieux qu'une présidence de région (appelées à grandir)…? Le Drian et Royal peuvent s'aider mutuellement.
    voila à quoi est suspendu le sort de ce projet d'intérêt général!

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire