En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La Grèce et l'Europe, la rupture?
 

Ce dimanche 5 juillet, le peuple grec est appelé aux urnes pour se prononcer sur le plan de réformes proposées par ses créanciers. Ces derniers voudraient mettre en place de nombreuses mesures fiscales, ainsi qu’un ravalement en profondeur du système de retraites.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Ω
    Ω      

    Les pauvres grecs ... Heureusement que chez nous c'est différent .... Notre François le visionnaire ... et son équipe de bons en tout .... savent où ils vont ... la barre est solidement tenue ... le cap est maintenu ... et les récifs sont sous la ligne de flottaison ... bref tout ça c'est rassurant !!! ... ;-)))

  • santaapolonia
    santaapolonia     

    Grosse pensee positive pour la grece que le NON passe au moins en grece un premier ministe et ministre des finances qui ont du caractere pas comme Mr hollandouille

  • santaapolonia
    santaapolonia     

    merci bfmtv d'avoir signalé que pour la Grèce c'est geopolitique comme il y a du petrole et dugaz la l'europe sera obligé de negocier vec la Grèce que ce soit le oui ou le non

  • gouik
    gouik     

    C'est exactement ce que font nous politiqes en france, ou nt l'intention de faire, donc simple pour le peuple d'être estomaqué! En bref ils vont payer plus d'impots, travailler plus longtemps plus vieux à cause au départ des banques qui ont fait des conneries avec les subprimes aux usa, faire des crédits irremboursables pour devenir propriétaire, il y a une et une seule chose à savoir, le peuple paye pour les conneries des autres, et après les élites s'étonnent qu'on ne soit pas contents!

  • gouik
    gouik     

    C'est exactement ce que font nous politiqes en france, ou nt l'intention de faire, donc simple pour le peuple d'être estomaqué! En bref ils vont payer plus d'impots, travailler plus longtemps plus vieux à cause au départ des banques qui ont fait des conneries avec les subprimes aux usa, faire des crédits irremboursables pour devenir propriétaire, il y a une et une seule chose à savoir, le peuple paye pour les conneries des autres, et après les élites s'étonnent qu'on ne soit pas contents!

  • gouik
    gouik     

    C'est exactement ce que font nous politiqes en france, ou nt l'intention de faire, donc simple pour le peuple d'être estomaqué! En bref ils vont payer plus d'impots, travailler plus longtemps plus vieux à cause au départ des banques qui ont fait des conneries avec les subprimes aux usa, faire des crédits irremboursables pour devenir propriétaire, il y a une et une seule chose à savoir, le peuple paye pour les conneries des autres, et après les élites s'étonnent qu'on ne soit pas contents!

  • gouik
    gouik     

    C'est exactement ce que font nous politiqes en france, ou nt l'intention de faire, donc simple pour le peuple d'être estomaqué! En bref ils vont payer plus d'impots, travailler plus longtemps plus vieux à cause au départ des banques qui ont fait des conneries avec les subprimes aux usa, faire des crédits irremboursables pour devenir propriétaire, il y a une et une seule chose à savoir, le peuple paye pour les conneries des autres, et après les élites s'étonnent qu'on ne soit pas contents!

  • pureedepois
    pureedepois     

    La dette grecque est illégale, illégitime et odieuse. La commission d’audit de la dette est en train d’examiner la composition, la nature et l’origine de la dette grecque. Et les résultats n’ont rien de surprenant, tendant à confirmer l’illégitimité de cette dette qui n’est qu’un instrument de prédation et de confiscation de la souveraineté du peuple, pour le plus grand profit de l’oligarchie capitaliste ........................................................................................................................................................................................................................ Derrière la dette, le racket du peuple grec par l’oligarchie capitaliste sous la menace de ses armes d’exploitation massive : UE, euro, FMI

    Le rôle des institutions européennes est clairement mis en évidence dans ce qui peut apparaître à tous que comme du racket et un prise d’otage financière. Comme l’a avoué récemment JC Juncker : il n’est pas de choix démocratique contre les traités européens. Et il n’existe pas de politique au service du peuple, il n’y aura pas de fin de l’austérité, de prospérité, de progrès social et de démocratie sans sortir de l’UE et de l’euro. Sans briser les chaînes de l’Union Européenne cette arme d’exploitation massive des travailleurs, construction de la classe capitaliste contre la classe des travailleurs, machine à asservir les travailleurs et à piller les richesses qu’ils sont les seuls à produire par leur travail.
    .......................................................................................................................................................................................................................... L’annulation de la dette ne couterait rien aux peuples ! Le rapport préliminaire publié démontre s’il le fallait que s’il y a bien des profiteurs de la dette grecque ce ne sont certainement pas les travailleurs grecs. Mais bien les capitalistes, leurs banques, leurs multinationales. Qui ont grâce à l’Union Européenne et l’euro pour le moment réussit à faire payer la crise systémique du capitalisme aux peuples d’Europe. Ça suffit ! travailleurs, arrêter de vous saigner pour leurs profits ! .............................................................................................................................................................................................................................. Si les mesures d’austérité exigées par le Fonds monétaire international, l’Union européenne et la Banque centrale européenne ont entraîné une baisse de 25% du PIB, de larges coupes dans les salaires et les retraites et une aggravation du chômage, qui touche un travailleur sur quatre, elles n’ont en rien fait baisser la dette. Au contraire, celle-ci a explosée ! Générant des intérêts colossaux alimentant les profits de l’oligarchie capitaliste qui est derrière la spéculation sur les « marchés financiers » .............................................................................................................................................................................................................................
    La Banque Centrale Européenne a considérablement facilité les conditions d’accès aux financements pour les banques privés tout en diminuant à quasi rien ses taux d’intérêts.
    Les prêts accordés à la Grèce l’ont été par des banques privées ayant le droit de créer autant d’argent qu’elles le voulaient à un cout nul, mais le prêtant à la Grèce pour des taux d’intérêts d’usuriers totalement insoutenable, et ce alors que ces mêmes prêts étaient garantis par des état tiers. De fait, le seul argent qui serait perdu par les créanciers en cas d’annulation de la dette grecque c’est les intérêts qu’ils voudraient que le peuple grec continue à leur payer en diminuant, salaires, retraites, protection sociale et en vendant les biens publics ................................................................................................................................................................................................................... L’Euro, l’Union Européenne, en instituant une Banque Centrale Européenne hors de contrôle des peuples, mais totalement contrôlée par les capitalistes est une des armes de ce racket permanent des travailleurs qu’est l’euro austérité. Une banque centrale sous contrôle populaire aurait très facilement pu stopper la spéculation contres les états qui s’est déchainée après que ces derniers ont renflouée les banques suite à la crises des subprimes. Elle pourrait financer à taux zero les budgets des états. Au contraire la BCE, de part ses statuts, a interdiction de prêter aux états. En revanche, elle s’autorise à financer à taux quasi nul les banques privés ! Et elle vient de décid

Votre réponse
Postez un commentaire