En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Drapeau grec flottant à la terrasse d'un restaurant, le 12 juillet sur l'île de Salamina, près d'Athènes.
 

La crise grecque a vu naître son propre vocabulaire et fait passer dans le langage courant des termes techniques ordinairement utilisés par les seuls économistes. Mais puisque ces contractions, sigles et expressions consacrées ne parlent pas forcément d'elles-mêmes, voici  un petit lexique pour y voir plus clair. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • sortilege
    sortilege     

    et n'oublions pas que la grèce dans l'europe est l'une des 2 grandes réussites de giscard avec le rapprochement familial !!!!!!!!!

  • lesemian
    lesemian     

    Ce qui est bien avec la crise grecques, c'est que pendant ce temps, plus personne n'a peur des islamistes, des terroristes, d'Al Qaida, de Daesh, des "jeunes des banlieues", de la chaleur...L'Ukraine, la Tunisie, les catastrophes sont en grèves, les grévistes sont au travail, en vacances ou en ARTT...
    Et bientôt la trêve d'aout...Le pied!
    Comme quoi, sont-ce les média qui commandent "l'information", ou l'inverse? That is the question

    dany-tou
    dany-tou      (réponse à lesemian)

    Une fois n'est pas coutume : je suis d'accord avec votre commentaire .

    lesemian
    lesemian      (réponse à dany-tou)

    Et bien, dany-tout, tu vois, il ne te reste plus d'en commettre un d'intelligent pour que je puisse te rendre la pareille...Mais faut pas rêver, ni croire au miracle

    dany-tou
    dany-tou      (réponse à lesemian)

    Et en français correct ça donne quoi ?

  • poldelamballe
    poldelamballe     

    et si on parlait du FRANXIT ?
    la Grèce a trop de dettes pour les rembourser, on a compris
    on considère en général qu'à partir de 100% du PIB, un pays ne peut rembourser sa dette
    la France y est presque (98% = 2100 milliards = 7 fois la dette grecque)
    maintenant que François Hollande a mis en valeur unE somme de contraintes inimaginables à imposer aux Grecs, nos "partenaires" européens auront beau jeu d'imposer les mêmes sacrifices aux Français (en 2017, par exemple ?)
    CQFD

  • solitaire
    solitaire     

    c'est quoi ces mot debile!!!! de plus ce journaliste truchot des Gg mes gonfle,a croire qu'ils et toujours d'accord avec ce qui et totalement ireel?????

Votre réponse
Postez un commentaire