En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Mario Draghi dispose d'un nombre assez variés d'atouts dans sa manche.
 

La banque centrale européenne tient, jeudi 5 juin, sa conférence mensuelle. L'institution devrait annoncer un arsenal pour contrecarrer la faible inflation à laquelle la zone euro fait face. Des baisses de taux ainsi que des mesures pour dynamiser le crédit sont ainsi attendues.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • seraphin dupond
    seraphin dupond     

    Je suis pour la politique du pire, pour la déflation. La ! tout le monde va morfler pendant 10 ans comme au japon, le temps qu'une génération de retraités puisse terminer leur vie, ensuite quand les retraites baisseront ainsi que les salaires des fonctionnaires et de tous les parasites qui coulent ce pays, dévaluation de l'euro, explosion des prix enfin, le pays pourra se remettre à investir sur ses ingénieurs, ses scientifiques, les jeunes , les actifs et les entreprises ! Il a fallu 36 ans pour nous mettre au bord du gouffre (1978 dernier budget équilibré de la France) il nous en faudra bien 20 pour nous en sortir !...
    Les seuls qui s'en sortiront bien ? nos brillants élus politiques xtptdp (extra pété de pleurer)

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Quoi, les prix n'augmentent plus et n'étranglent plus les ménages les plus modestes, mais c'est terrible il faut tout faire pour que ça cesse :)

  • CitronPresse
    CitronPresse     

    La gauche veut de l'inflation pour camoufler l'absence de réformes sociales, mais à tous les coups ce sont les pauvres qui morflent, et ils continuent stupidement et aveuglément à voter pour eux.

  • felicie
    felicie     

    Mais, ce n'était pas un crime anti-économique, dans la bouche des gourous europhiles se posant en anges exterminateurs des contrevenants, l'inflation ?

Votre réponse
Postez un commentaire