En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Grèce Europe
 

L'appartenance de la Grèce à la zone euro est "irrévocable" a souligné ce lundi 5 janvier une porte-parole de la Commission européenne. Quand bien même l'Allemagne serait favorable à une sortie.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Gromalin
    Gromalin     

    Comme aurait dit R.Gicquel "l'Europe a peur", en même temps difficile pour l'oligarchie de se persuader que ce n'est pas grave.

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Non pas que les Grecs aient les moyens, seuls, de faire plier l’oligarchie européenne, mais parce que ce serait le premier peuple à essayer une alternative politique aux mesures d’austérité. Bien sûr, les Espagnols ont un poids économique et politique dans l’Union européenne qui leur donne le pouvoir de renégocier leur dette dans des conditions beaucoup plus favorables. Toujours est-il que les Grecs seraient les premiers à faire fleurir en Europe le printemps méditerranéen qui a tant de mal à s’installer durablement sur la rive sud de la Méditerranée.

    D’un point de vue technique, la quasi-totalité des effets de la dette grecque, titrisés, ont été rachetés par la Banque centrale Européenne, qui n’aurait aucun mal à assumer un éventuel refus de paiement. Sauf que nous ne sommes pas à l’abri de réactions plus idéologiques émanant de responsables européens estimant que les Grecs n’ont pas encore payé leur dû. Bref, un emballement n’est pas à exclure, dans lequel le peuple grec serait poussé à la rupture.

    Le soleil grec

    L’effet d’une victoire de Syriza le 25 janvier prochain serait donc avant tout politique et dépendrait pour beaucoup de la volonté des autres peuples à s’engager sur la voie grecque, celle du refus de l’austérité. A commencer par les Espagnols en septembre. En attendant les Français en 2017.

    François Delapierre Parti de Gauche

    R1
    R1      (réponse à MANENTIAL )

    Si les Français avaient voulu ne serait-c qu'une partie de l'idéologie du Parti de Gauche , alors ce parti aurait eu au moins autant d'élus que le FN , ce n'est pas le cas. A force de véhiculer des idées qu'ils ne maitrisent pas les extrêmes votent le chaos, et le chaos c'est encore plus de pauvreté pour les pauvres .

  • Gromalin
    Gromalin     

    Les Islandais ont tout envoyé balader, l'UE n'a rien pu faire et même avec la cour européenne de justice. Aujourd'hui plus de 70% des Islandais ne veulent plus de l'UE, alors les Grecs vont mettre une sacrée pression si on les embête un peu trop et surtout s'ils tiennent leurs promesses, mais ça ???

    R1
    R1      (réponse à Gromalin)

    Sauf que l'Islande n'a jamais fait partie de l'UE , elle a simplement retiré en 2014 sa candidature déposée en 2009

    Gromalin
    Gromalin      (réponse à R1)

    Ok mais le peuple Islandais n'a pas remboursé sa dette.

Votre réponse
Postez un commentaire