En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Matteo Renzi vise un déficit 2014 de 2,6% du PIB.
 

Le président du Conseil italien a présenté, mardi 9 avril, ses prévisions économiques pour 2014. S'il s'engage à tenir ses objectifs budgétaires, Matteo Renzi compte faire évoluer la Commission européenne.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • tmjrc2011
    tmjrc2011     

    Il faut rappeler que l'Italie degage 85 milliards d'Euros sur sa balance commerciale, malgré un chomage important et il faut le dire une baisse de la consomation des produits importés et la TVA a 22% et prix plus èlevé de l'energie. A la difference de la France l'italien se rend compte de la chute des services publics , ca qui explique aussi un deficit à 2,8 % du PIB. L'Italien ne paye pas une taxe fonciere sur sa première maison et les impots locaux sont bas ( 300 € avec les poubelles) . Un grand nombrew de notables sont sous les barreaux et malgré une èvasion fiscale vers l'Allemagne, ayant la peur de la dispartion de l'Euro, l'Italie peut relancer son industrie performante. M Sapin doit savoir que le deficit publique dela Chine est a plus de 200% comme le Japon et autres grands economies mondiales. Ce critère du % du PIB se resorbera avec les années une fois que le gros des pensionnés seront plus à la charge de l'Etat... L'Italie n'a pas à rougir de ses efforts et les italiens sont biens plus pragmatiques sur la politque de la relance comme Tony Blaire l'a rèalisée en sont temps. Il faut espèrer pour les italiens que la constituion ne sera pas touché, car le Florentin aurait tendance à copier un modèle de dèmocratie au rabais que les 5 ètoiles considère dangeureux. Leur experience du facisme.
    Pour finir, les italiens n'espèrent pas grand chose de leur politiciens, ce qui n'est pas le cas des français. L'assistanat reste assez limité

Votre réponse
Postez un commentaire