En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
150.000 dollars c'est le montant auquel les propriétaires d'Ebola.com veulent revendre leur nom de domaine.
 

A l’heure où le virus Ebola fait des milliers de morts et inquiète les autorités mondiales, certains ont décidé de profiter de l’épidémie pour faire des affaires. C’est le cas des propriétaires du site Ebola.com qui souhaitent revendre leur macabre nom de domaine pour 150.000 dollars.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • CogitoErgoSum
    CogitoErgoSum     

    Il faut vraiment être tordu pour acheter ce genre de C*-- tout comme Nabila--"allô quoi"---!!!

  • petitchocolat
    petitchocolat     

    Le problème n'est pas que ces deux profiteurs en bénéficient, la loi les y autorise, le problème est justement que la loi les y autorise ! Il y a une grande question de morale là dedans. Mais la loi ne calcule pas la moralité de l'affaire ou non. Il serait temps que la justice fasse preuve d'intelligence, pour prévenir et punir le "détournement de moralité". Mais ça c'est pas demain la veille !

    Arcadia
    Arcadia      (réponse à petitchocolat)

    C'est souvent le cas : totalement immoral mais tout à fait légal.

    Peter
    Peter      (réponse à petitchocolat)

    "détournement de moralité"....c'est pratiquement tous les jours en France...

    petitchocolat
    petitchocolat      (réponse à Peter)

    je ne vous dis pas le contraire, c'est un constat.

  • Peter
    Peter     

    Le malheur des uns à toujours fait le bonheur des autres...et de tout temps !

  • Arcadia
    Arcadia     

    Le comble de l'ironie serait qu'un des deux attrape le virus. Ils perdraient surement le sens du business, mais retrouveraient le sens de la vie.

Votre réponse
Postez un commentaire