En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Matteo Renzi subit ses premiers revers économiques
 

Le jeune président du Conseil italien a su séduire au-delà des frontières transalpines par son style et son volontarisme politique. Mais la retombée de l'Italie en récession au deuxième trimestre vient ternir son image.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • tmjrc2008
    tmjrc2008     

    Renzi comme Leta et comme Monti ne sont pas issus d'èlections nationales. Les italiens vivent un grand manque de dèmocratie depuis le dèpart de Berlusconi. La fin des poursuites judiciareset autres condamnations pour le Cavaliere, suivi de son message exprimant son souhait de trouver pour son parti populaire des idées communes avec le PS italien , alors qu'il n'a cessé de critiquer ce parti durant toute sa carrière politique, me font croire que Renzi est prèt à dèfier tous le sfondement de la dèmocratie pour faire bloc contre les 5stelle un parti qui a reçu plus de votes aux èlections nationales. Renzi a promis 80€/mois que peu de gens recoivent finalement , les italiens ont ainsi dècouvent quand ils ont reçus leur impots il y a 1 mois que c'etait un montant provisoir car ils payeront une seconde fois en fin d'années pour que Renzy èviter de dèpasser d'avoir un dèficit public surpèrieur aux 3% du PIB... Si Berlusconi ètait au pouvoir, il aurait dit les 5 lettres à Bruxelles et les entreprises tourneraient, et surtout les italiens n'auraient pas les nouvelles taxes de Renzi. 14 millions d'Italiens touchent moins de 500€/mois et ont pourtant travaillé toute leur vie. Quant aux chomeurs dont les allocs sont ridicules, ils ne trouvent mème pas du travail au noir. Il est devenu obligatoire de payer par transfert bancaire, carte de crèdit au dessus de 30€, un cadeau aux banques qui font payer les services. Un climat totalitarisme se met en place en Italie, qui pourrait bien devenir explosif...

Votre réponse
Postez un commentaire