En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Michel Sapin et Emmanuel Macron ont fait un pas vers le gouvernement grec, tout en posant leurs conditions.
 

Michel Sapin, le ministre des Finances, a ouvert la voie à une discussion sur les "modalités techniques" du remboursement de la dette grecque ce jeudi. Tout en posant ses conditions.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Pierre19
    Pierre19     

    Les Socialistes donneurs de leçons alors qu'eux même au pouvoir en France depuis 3 ans n'ont fait aucune réformes nécessaires à notre Pays et nous amuse avec la réformette Macron ... Qui va encore payer les conneries socialistes .. NOUS les "sans dents" Merci .. si la Grèce n'est pas capable de faire ces réformes alors qu'elle quitte l'Europe .. les autres Pays ont assumé leurs erreurs Portugal - Espagne - Irlande - etc .. la France NON !!

  • Facebook-830482023649710
    Facebook-830482023649710     

    "Le plus douloureux, le rééquilibrage budgétaire, est déjà accompli mais le plus facile à faire sur le papier, la réforme de l'Etat grec, les réformes structurelles, restent encore largement en jachère"

    Ce sont des paroles sensées mais qui viennent du 2° pays le plus impliqué dans la dette grecque et qui de surcroît n'a ni équilibré ses budgets, ni engagé ses réformes structurelles.

    J'ajoute que ce genre d'initiative unilatérale sans les autres détenteurs de la dette grecque est au moins une maladresse sinon une faute politique majeure voire un début d'implosion de la zone Euro.

    Mr Sapin devrai consulter rapidement, je crois qu'il souffre de schizophrénie aigu pour donner des leçons à un pays qui va faire 3% de croissance, qui dégage un excédent primaire de ses comptes publics.

    Pour rappel, la France c'est un déficit des comptes publics de 4,4% du PIB et 0,4% de croissance en 2014.

Votre réponse
Postez un commentaire