En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Outre le transport, le problème est qu'il faut également vérifier que chaque billet (ici celui de 1.000 dinars algériens) n'est pas contrefait.
 

Depuis le 1er juillet, la législation algérienne contraint à payer par chèques, virements ou cartes bancaires, les plus gros achats (immobilier, automobile, bateaux, métal précieux...). Problème: les Algériens rechignent.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Pseudome
    Pseudome     

    Nombre de choses sont à changer, il faut inventer toujours vers le meilleur ... Adapter ... Le paiement direct est plus rapide c'est sûr, et il faut de l'argent propre aussi ... Il y a des gens qui sont lassés de travailler dans les banques aussi ... le positif devrait nous aider à trouver mieux. En France, nous souhaitons beaucoup mieux aussi ... Il faudrait à chacun une "poule d'or", l'argent serait toujours propre.

  • Pseudome
    Pseudome     

    Les Algériens s'y habitueront peu à peu ... comme nous aussi ...

Votre réponse
Postez un commentaire