En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'Europe prête à mettre les agences de notation au pas

La Commission, le Parlement et le Conseil européens ont finalisé le projet de loi pour soumettre les agences à une régulation stricte
La Commission, le Parlement et le Conseil européens ont finalisé le projet de loi pour soumettre les agences à une régulation stricte - © DR

L’Union européenne a trouvé un accord pour soumettre la publication des notes sur la dette souveraine à une régulation plus stricte. Reste à voter le texte.

Votre opinion

Postez un commentaire

  •  
  •  
7 opinions
  • Longwy Consulting,

    Avoir une capacité à noter les Etats est essentiel pour les prêteurs. Personne n'a jamais réellement demandé de supprimer les agences de notations. Il a plutôt proposé d'essayer d'en créer de nouvelles plus clémentes tel le projet d'une agence russe ou européenne. L'existence des agences n'est pas remise en cause par les Etats car ils ont besoin de mettre en avant une note favorable des agences.

    Cependant, pour Longwy Consulting, agence de conseil en gouvernance, le problème des agences est double.
    D'une part, les Etats ont attrapé le syndrome du mauvais élève. En effet, à entendre celui-ci, la cause de ces mauvaises notes n'est pas un manque de travail ou de carences mais le "sadisme" du professeur. Par parallélisme, peu de gouvernement reconnaissent que leur dégradation est dû à une mauvaise gestion des deniers publics. Il évoque plutôt ma sévérité des agences.
    D'autre part, il ne faut pas tomber dans le travers qui consisterait à défendre coûte que coûte les agences. Force est de constater qu'avant 2008, elles étaient suiveuses et passéistes. Elles n'ont pas suffisamment joué leur rôle de vigie. Actuellement, elles basculent dans une course à la dégradation dont les plus rapides sont les petites agences. A ce jeu, ces dernières ont réussi à se faire connaître du grand public. Le paradoxe de la situation c'est que leur travail n'a pas changé, leurs rapports non plus. Seules leurs conclusions ont mué de positives à négatives.

    Dès le début de la crise grecque, Longwy Consulting avait mis en avant des solutions pérennes en matière de gouvernance détachées de l'épée de Damoclès que sont devenus la notation des 3 grandes agences.
    Cependant, pour Longwy Consulting, agence de conseil en gouvernance, le problème des agences est double.
    D'une part, les Etats ont attrapé le syndrome du mauvais élève. En effet, à entendre celui-ci, la cause de ces mauvaises notes n'est pas un manque de travail ou de carences mais le "sadisme" du professeur. Par parallélisme, peu de gouvernement reconnaissent que leur dégradation est dû à une mauvaise gestion des deniers publics. Il évoque plutôt ma sévérité des agences.
    D'autre part, il ne faut pas tomber dans le travers qui consisterait à défendre coûte que coûte les agences. Force est de constater qu'avant 2008, elles étaient suiveuses et passéistes. Elles n'ont pas suffisamment joué leur rôle de vigie. Actuellement, elles basculent dans une course à la dégradation dont les plus rapides sont les petites agences. A ce jeu, ces dernières ont réussi à se faire connaître du grand public. Le paradoxe de la situation c'est que leur travail n'a pas changé, leurs rapports non plus. Seules leurs conclusions ont mué de positives à négatives.

    Dès le début de la crise grecque, Longwy Consulting avait mis en avant des solutions pérennes en matière de gouvernance détachées de l'épée de Damoclès que sont devenus la notation des 3 grandes agences.

  • PH11,

    L'Europe sombre dans la dictature.
    En gros, on se dirige vers une législation qui n'accepte pas les critiques négatives sous réserve des politiciens...
    Il n'y a que les incompétents qui refusent la critique.

  • pat352,

    Les marchés n'ont pas besoin d'agence de notation ils ont tout les outils possible et ils anticipent très bien, mais l’Europe n'aime pas du tout qu'on étale au yeux du peuple l'incompétence de l'oligarchie qui fait croire que plus ils sont nombreux, plus ils interviennent et mieux on ce porte. C'est vrai aussi de l'aspirine mais a une certaine dose ça tue le malade.

  • pat352,

    Faudra aussi penser à casser les lois de la physique qui disent qu'on ne peut pas consommer plus qu'on ne gagne pendant 38 ans d'affilée et s'en tirer. (Dernier budget positif 1974). Qu'on ne peut pas faire courir un athlète plus vite en lui rajoutant du poids sur les épaules (fiscalité des PME 65%, un record dans le monde)
    http://www.contrepoints.org/2012/11/21/105242-seuls-deux-pays-en-europe-taxent-plus-leur-pme-que-la-france

  • Pabys95,

    Certes, mais le thermomètre est déjà trafiqué.
    Mettez le au postérieur des anglais et ils auront moins de fièvre alors qu'ils sont aussi malades que nous . Bizarre n'est-il pas ?

  • Logicos Palindrome,

    Ni en créant des dettes imaginaires.

  • marc028,

    Ce n'est pas en trafiquant le thermomètre qu'on adoucit la température ...

Votre réponse
Postez un commentaire

  •  
  •