En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

"Goldman Sachs n’est pas une mafia mais elle a trop de pouvoir"

Sur la façade du siège de Goldman Sachs, dans le district financier de New York, aucun nom ne figure.
Sur la façade du siège de Goldman Sachs, dans le district financier de New York, aucun nom ne figure. - © DR

Marc Roche, correspondant du Monde à Londres poursuit sa croisade. Déjà en 2009, il avait écrit "La Banque, comment Goldman Sachs dirige le monde". Cette fois, c’est au travers d'un reportage télévisé, coréalisé avec le journaliste Jérôme Frittel, et qui sera diffusé le 4 septembre sur Arte, qu'il décrypte le fonctionnement et les réseaux de "la Firme".

Votre opinion

Postez un commentaire

  •  
  •  
1 opinions
  • Marc Duchene,

    Je crains que Marc Roche ne pêche par excès d'optimisme.
    Un optimisme de façade car il connait très bien la firme grâce a ses enquêtes vraiment professionnelles.

    Il sait bien que GS possède une emprise qui va bien au delà de "trop de pouvoir"
    Il faut savoir que les actionnaires de GS comme le fond Vanguard sont aussi actionnaires d'autres agences de notations, et cela pose la question de la partialité des agences de notation.

    Pour simple chiffre : Vanguard $​1.​55 ​Trillion - GSach : ​518 ​Billion

    Et enfin ce n'est pas parce que Goldman Sachs travaille sa communication que ses intentions restent différentes: L'argent à n'importe quel prix, y compris la ruine de l’Europe!

Votre réponse
Postez un commentaire

  •  
  •