En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Ok, on aurait pu éviter la réforme, mais tant qu'à faire, celle là préserve l'essentiel. On sort avec les honneurs d'un corner politique

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • GMonAvis
    GMonAvis     

    Merci sesu33 pour les encouragements et pour cette discussion constructive.
    Un vrai débat respectueux... j'aime ça.
    Je ne pense pas que limiter dans le temps le bénéfice d'un statut avec comme critère un tel seuil (au mieux, un SMIC) soit favorable à une sortie par le haut.
    Passer à un autre statut avec disons 22000 de CA est très risqué et moins intéressant que de limiter son chiffre à 19000.
    C'est juste très démotivant.
    On en reviens à une situation où finalement, mieux vaut ne rien tenter plutôt que de prendre trop de risques.
    Allez, soyons naïfs un instant et essayons d'oublier la pression des lobbys et les motivations des politiques. Prenons le projet tel quel...
    L'idée de simplifier les autres statuts afin de limiter les effets de seuil est bonne.
    Tenter d'éviter les abus potentiels liés à un statut permet de pérenniser ce statut plutôt que de le supprimer si trop de dérives apparaissent un jour. Bien.
    Mêmes résiduels, les dérives sont possibles. On ne peut pas compter sur l'honnêteté des gens, c'est un peu comme pour les radars sur l'autoroute (certains freinent quand il y en a, mais roulent à fond s'il n'y a personne pour surveiller leur cour de récréation).
    Cependant, le problème est géré à l'envers.
    Il aurait fallu simplifier les autres statuts AVANT de créer un nouvel effet de seuil.
    Si certains automobilistes se comportent dangereusement, on peut soit trouver un moyen plus efficace de sanctionner ces fous du volant, soit rendre très simple l'accès à des circuits de courses et/ou baisser le prix du TGV (bien plus cher que la voiture) s'ils ont une bonne raison d'être pressés.
    Mais on ne va pas limiter la vitesse à 90km/h sur autoroute pour tout le monde parce que: 1. Ca n'empechera pas les foufous de nuire 2. Ceux qui roulaient tranquille à 129km/h n'auront toujours pas la possibilité de voyager plus rapidement tout en respectant la loi. 3. Ceux qui respectaient déjà la loi seront punis à cause de gens qui étaient dangereux et qui continuent de l'être.
    Pour revenir au sujet de départ, je crierais Bravo! si on me disait: "allez, continue ton truc qui te fait vivre, on va essayer de stopper ceux qui ne respectent pas les règles et on va surtout trouver le truc qui rend viable le passage à un autre statut. Une fois que ce sera fait, tu changeras de statut si ton CA le permet parce que ce statut sera cohérent avec ton envie d'évoluer, tu verras. Tu vas un tout petit peu faire dans ton froc, mais pas grand chose, promis."
    Là, on me dit: "Bon, ça va bien maintenant, y a des trucs qui ne vont pas, c'est toujours pareil, faut qu'il y en ait qui déconnent. On va forcer tout le monde à changer de statut pour être sur de stopper les 3-4 qui nous saoulent. C'est pas viable pour l'instant mais on va faire des trucs... enfin on verra ça plus tard. Ca devrait aller, c'est comme le chômage, ça va bien descendre, on va trouver le truc, on est des "oufs", ...".
    Ben moi, j'ai juste l'impression que l'on me force à sauter d'un avion en me promettant que l'on me donnera le parachute plus tard.

  • sesu33
    sesu33     

    GMonAvis ......Non "on s'en fout pas" du moins c'est ce que je pense. Mais comment voulez-vous faire cohabiter votre "cas" particulier avec tant d'autres complètement différents ?? Malheureusement "le sur-mesure" n’existe pas. L'idée de départ est excellente car elle encourage les entrepreneurs potentiels (comme vous) à se lancer en simplifiant au maximum (et pour la 1ère fois !) les démarches administratives. Ensuite, les obligations comptables réduites au strict minimum et le calcul des cotisations sociales dues sur la base du chiffre d'affaires réellement encaissé et déclaré, avec à la clef, la même couverture sociale que les autres travailleurs indépendants, ont fait que :
    1) ce régime a très vite été victime de son succès, et
    2) ce régime a très vite fait l'objet d'abus...
    900 000 auto-entrepreneurs se sont lancés depuis 2009, et 90 % d'entre eux gagnent moins que le Smic. Peut-on vraiment reprocher à Sylvia Pinel de vouloir adapter les modalités de ce régime afin de FAVORISER les entreprises à fort potentiel de croissance à sortir par le haut ??? et DECOURAGER ainsi les activités peu rémunératrices dont le bénéfice tiré ne pourra être considéré que comme un revenu d'appoint ? Le montant de 19 000 euros justement, a été choisi car il correspond à un emploi rémunéré au SMIC brut. La réforme ne s’appliquera pas avant 2015 et ne sera pas rétroactive non plus. Si et seulement si, à partir de 2015 et pendant 2 années consécutives, le CA dépasse 19 000 € pour les services et 47 500 € pour le commerce, l’AE devra basculer dans le régime classique de la création d’entreprise. Les bénéficiaires devraient alors se voir proposer un « contrat de développement » dont le contenu reste encore à déterminer..... Bon courage surtout, et espérons que l'observatoire Social Ecorama de BFM Business ne se trompe pas lorsqu'il déclare "qu'une embellie s'observe sur le moral des ménages, et les patrons considèrent que le pire de la crise est passé. L'activité pourrait ainsi cesser de se dégrader".

  • GMonAvis
    GMonAvis     

    Je comprends également votre point de vue, sesu13. Depuis toujours, les Français (et les hommes peut-être) ont jalousés leurs voisins et leur stratégie a toujours été d'accuser les plus petits ou les « aussi petits qu'eux » de tous les maux du pays. Les smicards dénoncent les « assistés », les classes moyennes du privé accusent les fonctionnaires d'être des « nantis fainéants », etc… En France, on se bat bien plus souvent pour un nivellement par le bas en se réjouissant de la destruction des avantages des uns sans aucune considération pour les inconvénients liés à leur situation. On se prend pour un bourgeois lorsque l'on a acquis un écran plat et une bagnole. On se plaint de la montée des prix, des vacances des uns, des avantages fiscaux des autres, du manque de remplaçants dans les écoles mais en parallèle, on veut du poulet à 3 euros le kilo, on veut porter des baskets en plastique de marque très chères fabriquées par des enfants esclaves, on parle de « galère » quand des enseignants luttent dans l'intérêt des enfants et non pour eux-mêmes. Les cheminots se font traités de « nantis » par ceux qui n'ont pas pu prendre leur train mais on trouve normal qu'un footballeur gagne une vie de SMIC en un mois « parce qu'il ne pourra pas jouer toute sa vie au foot ». En bref, tout est fait pour opposer les « petites gens » afin qu'ils oublient que leurs vrais problèmes sont liés à un système contrôlé par une poignée de puissants (les lobbys, les investisseurs, …). Détruire un petit, c'est accessible et il faut bien se défouler lorsque la situation est difficile ! Faire plier un « grand » n'est pas si simple… En général, ceci n'est possible que lorsque les gens sont tous dans le caca et qu'ils n'ont plus rien à jalouser de leurs compères. Ce genre de situation est très rare mais arrive de temps à autres (quand les dits puissants perde totalement le contrôle de leurs jouets – le système financier, par exemple – comme en 1929 ou en 2008). En découle la mise en place de pansements et la division volontaire du peuple pour préserver le système et si cela ne fonctionne pas, une révolution éclate qui sera récupérée par une nouvelle classe de puissants ou un dictateur haineux arrivera au pouvoir en rassemblant le peuple contre une ou des cibles désignées et facilement identifiables à qui on fera la misère en les accusant d'être à l'origine de tous les problèmes du monde. Le monde est fait ainsi… encore aujourd'hui. Si nous revenons au statut d'auto-entrepreneur, que va-t-il se passer. Ceux qui passeront au-dessus de 32000 passeront à un autre statut (comme avant), ceux qui sont bien en dessous de 19000 garderont leur revenu d'appoint mais perdront à jamais l'espoir de vivre de leur activité. Ceux qui sont entre 19000 et disons 25000 de CA ne prendront jamais le risque d'opter pour une forme dite classique et préféreront arrêter leur activité parce qu'il leur sera difficile d'accepter de gagner un smic dans le cadre de leur statut sans aucune possibilité d'évolution alors qu'ils savent déjà avoir la capacité de gagner plus en tant qu'AE (mais pas sous un autre statut). Imposer aux gens de doubler leur CA en deux ans ou les forcer à se limiter à un SMIC est une hérésie dès lors que ça n'apportera absolument rien à personne. Cette réforme va juste briser des gens qui vont se retrouver dans une situation extrêmement difficile à surmonter. Bah… ils ne sont que 5 à 10% des AE dans cette situation… Quel est le danger ? On s'en fout, n'est-ce pas ?

  • sesu33
    sesu33     

    Je comprends tout à fait ce que vous nous dites-là, mais vous oubliez peut-être que nous sommes en temps de crise et que TOUT LE MONDE SOUFFRE... ainsi, tous les avantages ou tout ce qui peut-être perçu comme en étant un, attisent les « jalousies» et créent un sentiment d’inégalité et d’injustice, alors qu’en temps normal, personne ou presque ne se serait plaint…..
    Ensuite, force est de constater que ce régime, outre sa simplicité des « 3 clics » pour créer sa société, offre, c’est certain, un nombre d’avantages non négligeables, par rapport aux artisans, TPE et PME. Et à mon humble avis, cet au moment de sa mise en place qu’il eut fallut le limiter dans le temps, pour éviter justement cette distorsion de concurrence et ces dérives (résiduelles ? pas si sûr que ça, car la triche n’est pas quelque chose dont on se vante!). Pour info, une vingtaine de députés UMP avaient déposé le 19 octobre dernier (il y a guère plus de 6 mois), dans l’indifférence la plus totale, une proposition de loi visant à limiter le régime de l'auto-entrepreneur dans la durée. Leurs motivations étaient les suivantes : "ce statut, très avantageux, comporte en soi le risque de créer une distorsion de concurrence". En conséquence "il apparaît que ce statut ne devrait pas avoir vocation à s'appliquer tout au long de la vie d'une entreprise". Après, évidemment qu’il existe d’autres solutions, mais en a-t-on vraiment les moyens, vu l’état de nos finances aujourd’hui ?

  • GMonAvis
    GMonAvis     

    Merci M. Soumier d'avoir pris le temps de me répondre (et merci encore pour vos interventions qui m'ont sincèrement aidé ces derniers temps). Pour être plus précis, je développe des logiciels, je vends des numéros de série « au plus grand nombre », je ne fabrique rien de "matériel". Mes charges se résument à une assurance (environ 1000/an), un hébergement pour mon site internet (60/an) et beaucoup de café (+ l'eau du robinet). J'ai fait le choix d'avancer à mon rythme pour me concentrer sur la qualité des produits et le support aux utilisateurs (qui me font manger et méritent bien toute mon attention). Les utilisateurs, en cas de problème, ont un contact immédiat avec le concepteur, le technicien et le commercial à la fois. Ils en sont ravis. Je n'ai aucun frais de publicité, aucun investisseur. Le bouche à oreille, les éloges dans la presse internationales et l'utilisation de mes produits dans des contextes prestigieux suffisent à rendre crédible l'évolution lente mais constante de mon activité. L'aventure n'est pas risquée, je ne suis pas sous pression ce qui me permet de me concentrer sur l'essentiel (innovation, qualité et support). Dans le cas d'un changement de statut précipité, ce pourquoi mes clients sont satisfaits risque d'être partiellement détruit. Je serai dans l'obligation de me concentrer sur le marketing, j'aurai moins de temps à consacrer à chaque utilisateur (trop de demandes), etc... Bref, les objectifs que j'aurai à atteindre dans un temps imparti m'empêcheront de préserver mes choix. Certaines années seront bonnes (plus de sorties que de conception), d'autres moins (plus de conception que de sorties de produits), je le sais et avec le statut d'auto-entrepreneur, ceci est possible. Par ailleurs, je n'ai jamais été contre l'idée d'une augmentation des charges si la situation du pays la justifie. Voilà pourquoi j'aime le statut d'auto-entrepreneur… Je payes mes charges à posteriori en fonction de mon CA et peu importe ce qu'il se passera l'année prochaine ou dans deux ans, il n'y a pas de "mauvaises surprises". Je n'ai pas eu besoin de l'aide d'un investisseur qui me demanderait de faire n'importe quoi pour lui rendre des comptes. Je ne suis pas soumis à la TVA ce qui m'a évité des mois de prise de tête pour en comprendre très vite les enjeux. Je n'ai pas besoin de payer cher un comptable pour qu'il appose une signature sur l'essentiel de ma compta qui est généré automatiquement depuis mon serveur (aucune possibilité de faire du « black » donc). Mon projet d'évolution était le suivant. Avec 32000 euros, il me semblait possible de me payer un RDV chez un fiscaliste pour comprendre un peu mieux ces histoires de TVA. De toute façon, je suis déjà concerné par l'incroyable complexité que vont engendrer les changements prévus pour 2015 au niveau de l'Europe (en ce qui concerne les prestations immatérielles), et ce, même si je bénéficie encore de la franchise en base d'ici là. Payer un comptable devient également envisageable. Apprendre un peu à la fois à gérer un tas de paperasses était également prévu. J'avais le temps ! Maintenant, je ne l'ai plus et je vais devoir faire tout cela avec au mieux 22000 (de CA!) par an d'ici deux ans? En bref, j'avais choisi d'entreprendre pour être indépendant dans mes choix et dans mes plans d'évolution. Avec cette réforme, j'ai juste l'impression de me retrouver avec un patron, l'Etat, qui va me mettre la pression pour que je prenne le risque d'évoluer comme et quand l'Etat le souhaite. Je suis puni parce que des dérives (résiduelles) ont été observées et amplifiées à outrance par des lobbys… du bâtiment ! Alors évidemment, je suis très en colère, j'ai envie de militer plus que de travailler (et étant donné mon CA actuel depuis janvier, j'hésite davantage). Je passe donc beaucoup de temps à écrire ma rage sur internet. Finalement, si vous avez besoin d'un chroniqueur haineux prêt à écrire un tas d'âneries pour être entendu, n'hésitez pas à m'en faire part… Je suis très chaud en ce moment et bientôt libre ;-) Merci encore !

  • ssoumier
    ssoumier     

    oups...bug :)

  • ssoumier
    ssoumier     

    écoutez, regardez bien les choses, je ne sais pas quelle est votre activité, mais pas sur que vs y perdiez en micro-bnc par exemple. Vous pouvez déduire des achats du CA

  • ssoumier
    ssoumier     

    écoutez, regardez bien les choses, je ne sais pas quelle est votre activité, mais pas sur que vs y perdiez en micro-bnc par exemple. Vous pouvez déduire des achats du CA

  • ssoumier
    ssoumier     

    écoutez, regardez bien les choses, je ne sais pas quelle est votre activité, mais pas sur que vs y perdiez en micro-bnc par exemple. Vous pouvez déduire des achats du CA

  • ssoumier
    ssoumier     

    écoutez, regardez bien les choses, je ne sais pas quelle est votre activité, mais pas sur que vs y perdiez en micro-bnc par exemple. Vous pouvez déduire des achats du CA

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire