En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Il est loin le temps où le parti socialiste s'alliait à Europe-Ecologie les Verts à grands renforts de discours médiatiques. Plus le temps passe, moins il est possible de croire que l'environnement soit une priorité du gouvernement. Pour preuve les coupes budgétaires de 2014. Et Delphine Batho prend la porte.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Bon, taxer tous azimuts ne suffit pas à faire une politique de "transition énergétique", sinon nous serions pas 20 emes mais 1er hors concours ! Si on se rappelle un peu que nos amis US et Qataris - enfin tous ceux qui ont plus de pétrole et moins d'idées - utilisent cette manne sans vergogne pour imposer leur suprématie économique, on voit que ce n'est pas si simple d’être de vertueux écolos.
    On peut se rappeler aussi que la Californie avec toutes ses idées et ses entreprises leader mondiaux a bien du mal à réussir sa transition ...
    Alors, un peu de modestie, de patience et de réalisme ça ferait pas de mal, de toutes façons , les Français ne sauveront pas la planète tous seuls, avec leurs petits bras musclés ....

  • Yves Trlt
    Yves Trlt     

    Il serait peut-être important de rappeler que la "transition énergétique" a lieu actuellement : cela s'appelle la crise économique.

    La crise mondiale actuelle est en effet aussi, si ce n'est avant tout, un monstrueux choc pétrolier qui hélas ne fait que commencer, dernière synthèse de Laherrère (ASPO France) :
    http://goo.gl/LzmGp
    Ce qui amène à (évolution prix du baril) :
    http://iiscn.files.wordpress.com/2013/07/bp-oil-price-2013.jpg

    Et que l'on soit quasi incapable de simplement nommer la chose (en préférant la valse des étiquettes financières) n'y change rien.
    Un sérieux rééquilibrage entre taxer les carburants fossiles et le travail serait une vraie mesure.
    La qualifier d'écologique, même si on peut considérer que c'est le cas, est aussi un symptôme de l'incapacité à montrer la situation actuelle.
    De fait on "paye" aussi aujourd'hui la com uniquement axée sur les aspects CO2, alors que les mesures possibles sont tout simplement les -MÊMES- pour les deux aspects.
    (diminution de la dépendance aux carburants fossiles et déficit commercial associé d'une part, émissions de CO2 d'autre part).

Votre réponse
Postez un commentaire