En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Il est encore temps de sauver les start-up, et de préserver l'avenir

Mis à jour le

Dans son budget le gouvernement a laissé passer une mesure technique qui va priver les start up en France du carburant dont elles ont besoin pour croitre. D'autant plus simple à rectifier, que cela doit se faire au nom de la justice.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

18 opinions
  • pat352
    pat352     

    "Vous aurez surement d'autres idées " S'en aller et les laissez construire leur société égalitaire.

  • Pierrot2
    Pierrot2     

    Le fait est que les créateurs de start-ups (du moins ceux que j'a fréquenté notamment grâce à 3 minutes pour convaincre) ne se payent pas ou quasiment pas, car ils démarrent avec un capital faible et pas de fond de roulement. Leur rémunération (nette des charges, évidemment) est le gain en capital à la revente! Jusque là, la fiscalité était plus favorable que l'IRPP, mais maintenant patatrac! Sur le fond, il vaudrait mieux que la gestion financière soit plus normale, ce qui supposerait un capital plus un FdR de départ... Vieux sujet que le financement...

  • Jacques Meyrueis
    Jacques Meyrueis     

    Il faudrait arrêter de parler de ce problème en évoquant uniquement les Start-up (cf le titre de cet article). Les Start-up sont peut-être les entreprises qui ont le plus à perdre si le budget passe en l'état (dans la mesure où elles ont souvent besoin de plus de financement externe qu'une entreprise traditionnelle), mais toutes les entreprises sont concernées. En outre dans l'esprit de beaucoup de gens, le terme "Start-up" évoque encore souvent une poignée de Geeks devant des ordinateurs occupés à flamber des millions pour créer quelque chose qui ne servira pas forcément (la bulle internet et ses dérives n'est pas si lointaine).

  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Exemple vécu: une petite structure se crée autour d'un ingénieur pour mettre en œuvre une technologie émergente. Financeurs: 1 parent et un ami. Ca marche! 3 emplois créés.
    Après 2 ans et 8 mois un partenaire essentiel décide de lancer EN GRAND une activité identique et propose d'avaler la TPE. Il n'y a d'autre choix que de vendre : on ne concurrence pas une multinationale lorsqu'on est 3 ...
    Le créateur ne s'est quasi pas payé pour 70 h par semaine, les actionnaires ont pratiquement financé à fond perdu, mais ils ont gagné ...

    Faut-il les taxer à 60% ? si oui, vous aurez du mal à les convaincre -eux et d'autres - de recommencer.

  • claranne
    claranne     

    il faut voir cela avec l'œil socialiste : la richesse du pays, c'est les impôts, et c'est l'état qui doit embaucher, pas les "sales" investisseurs qui créent de l'emploi! Donc il faut stigmatiser et sanctionner ceux qui ont des idées pour pouvoir enfin mettre tout le monde dans la précarité, car alors ce sera une société juste : que des pauvres et assistés... voila le but final non??

  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Beaucoup de réactions oublient, comme nos gouvernants, qu'entreprise rime avec risque et opportunité et non pas avec planification et administration. On ne sait pas quand il faut "sortir" d'une affaire - revendre pour recommencer ailleurs: ça peut être après 6 mois ( rarement) ou 6 ans. C'est l'opportunité qui prime, pas la durée. Traîner un amortissement fiscal basé sur la durée est une sottise imaginée par des ignorants: ça ne marche pas comme ça ! Si c'est être un "méchant spéculateur" j'assume ....
    Mais je ne pense pas pouvoir poursuivre cette activité dans ces conditions en France: pas grave, il y a des millions de Chinois ( communistes) pour prendre la relève.

  • ssoumier
    ssoumier     

    alors vous etes gentil mais vous allez vous renseigner avant de juger le projet "plus fin que ce qui est dit" On rêve. On ne parle pas de 2 ou 3 ans on parle de 12! et un type qui croit qu'un investisseur reste 12 ans dans une boite c'est un type qui n'y connait rien

  • UNDERMYTHUMB
    UNDERMYTHUMB     

    Entrepreneur ou investisseur , ne mélangeons pas tout.
    Je crois que le PLF est plus fin que ce qui est dit et qu'il protège plutot plus les Entrepreneurs , ceux qui crient sont ceux qui ont de l'argent , d'ailleurs quel est le % de leur "fortune" investi dans les jeunes pousses ( demandez à ceux que vous invitez , vous aurez des surprises ) et puis quoi un investisseur qui reste 2 ou 3 ans dans une entreprise ça s'appelle un spéculateur .

  • Bernard2020
    Bernard2020     

    @Patrick Robin au dessus. il y a un abattement de 5% par "période". Mais avez vous lu la suite :

    << l’introduction d’un abattement proportionnel et progressif en fonction de la durée de détention des titres permettra de favoriser la détention longue. Il sera de 5% pour une durée de détention de deux à moins de quatre ans, 10 % pour une durée de quatre ans à moins de sept ans, puis sera augmenté de 5 points par année de détention supplémentaire au delà de la sixième année, pour atteindre 40% la douzième année.
    **** La période de détention sera décomptée à partir du 1er janvier 2013 pour les titres détenus à cette date **** >>

    Cela fait 20 ans que ma société m'appartient et je dois encore attendre 12 ans pour avoir droit à cet abattement en totalité ? C'est une farce ? Comme de toute façon la loi aura changé avant les 12 ans, autant dire qu'il n'y a pas d'abattement (souvenez vous de la précédente loi qui au bout de 8 ans exonérait complètement, sauf que la loi a été supprimée avant ses 8 années d'existence).

  • WiSEED
    WiSEED     

    Toujours très affuté... Merci Stéphane pour cette info qui suscite de nombreuses réactions, dont celle de Gilles Babinet http://pro.01net.com/editorial/574191/gilles-babinet-la-loi-de-finance-2013-continue-de-privilegier-la-rente-au-detriment-d-une-societe-de-l-innovation/

Lire la suite des opinions (18)

Votre réponse
Postez un commentaire