En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Tellement facile pour les importants de rire du bestiaire patronal, « plumés », « tondus » etc… Pourtant le discours exprime une exaspération morale, et pas fiscale, largement digne d’intérêt.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • ticino
    ticino     

    CICE vaste fumisterie du quinquennat!
    Le gouvernement n'a que ce mot à la bouche pour expliquer qu'il va 'reconstruire' les entreprises et accessoirement le pays.
    Quand est ce que les brillants économistes de ce pays vont ils démontrer que les avantages pour chaque entreprise sont insignifiants par rapport aux besoins réels. Exemple; société faisant 1 MF de CA, résultat nul, 3 cadres + 4 employés... le CICE va apporter 5000 € ( 0.5 % du CA)en 2014. Qui peut penser que cette somme va permettre à l'entreprise d'embaucher ou d'investir ! ça paye à peine les réparations du bâtiment et des outillages et les nouvelles augmentations de taxes et de cotisations!!!
    Faites une enquête sur une centaine de TPE/TPI/PME.
    NON le CICE n'est pas la panacée qui va nous sauver. Que ce gouvernement arrête de prendre les entrepreneurs pour des petits lapins!
    Je rappelle aussi que Hollande, pendant la campagne, avait promis de baisser le taux d'impôt des société, et il évoquait 20 % comme taux normal ( taux largement appliqué dans nos pays voisins!!) ...il soulignait que cela serait juste par rapport aux grands groupes qui paye des taux ridiculement plus faibles grâce à des optimisations...
    .

  • assez
    assez     

    Et bien ça y est, vendredi soir, dans un hémicycle quasiment désert, B.HAMON est parvenu à faire passer les articles relatifs au renforcement des pouvoirs de la DGCCRF/DIRECCTE : Les agents de BERCY pourront désormais prononcer directement des amendes administratives, sans passer par une juridiction indépendante.
    Les conséquences sont d'autant plus graves pour l'entreprise que les seuils d'amendes ont par la même occasion été réhaussés...
    Face aux diverses oppositions rencontrées lors de ce vote et aux arguments développés par l'opposition, faisant état de la situation d'insécurité juridique que cela allait créer pour les entreprises, B.HAMON a opposé systématiquement la phrase suivante : "C'est une décision politique".
    Quel obscurantisme.
    Toujours pas de réaction dans la presse... Mais les conséquences seront lourdes.

  • assez
    assez     

    On parle beaucoup des contrôles fiscaux, mais peu des contrôles des services de BERCY (DGCCRF, DIRECCTE, DDPP), qui là aussi ont explosé depuis environ un an.
    Or avec l'insécurité juridique créée par mille feuille législatif peu précis, approximatif, peu adapté à la réalité des affaires (LME notamment), les services de l'Etat s'en donnent à coeur joie.
    Le plus grave est que, non contents de pouvoir s'affranchir du contrôle indépendant des juges par le biais des "amendes transactionnelles" depuis 2006, les services de la DGCCRF vont bientôt pouvoir prononcer directement des "amendes administratives", sur leurs propres interprétations, grâce à la "LOI HAMON" sur la Consommation...
    C'est de la fiscalité cachée et c'est une honte. Personne n'en parle !
    Les contrôleurs de la DGCCRF vont donc pouvoir bientôt infliger jusqu'à 365.000 euros d'amende administrative pour "non respect des délais de paiement... ET L'ETAT, A COMBIEN DE MOIS PAYE-T-IL ses fournisseurs ?

  • Max Tusalem
    Max Tusalem     

    Ben oui ! Faut avoir vécu l'arrogance d'un contrôle fiscal pour comprendre .... J'en connais qui ont été jusqu'à "fabriquer" une bonne petite irrégularité - d ampleur limitée - pour que le "contrôle" trouve quelque chose à redresser et éviter ainsi une forme de persécution récurrente l
    Nos dirigeants, pour la plupart, n'ont jamais eu un vrai travail, militants politiques d'abord,
    souvent fonctionnaires en disponibilité, ils sont ignorants de l'entreprise. Ajoutez-y le Colbertisme des grands commis de l'état et vous avez la France éternelle.
    Eh bien basta ! Aujourd'hui on peut vivre et investir ailleurs, en toute légalité. Je ne peux que le conseiller aux plus déprimés : on peut même discuter avec des administrations fiscales "business friendly" ! ça fait un bien fou !

  • miche124
    miche124     

    ras le bol

Votre réponse
Postez un commentaire