En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Orange, la semaine où l'Etat a perdu le pouvoir

Mis à jour le

Même si François Hollande l'avait voulu, il n'aurait pas pu démettre Stéphane Richard. Ce nouveau rapport de force est sans précédent

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • BenVoyons
    BenVoyons     

    bjr, J'ai du mal à croire qu'il n'y ait personne chez Orange ou ailleurs (dans les cabinets.. un autre à parachuter) qui ait le bon calibre pour succéder à SR.. Il s'agit donc bien d'un message envoyé au gouvernement. Dommage de régler les comptes politiques en déplaçant la guéguerre dans les entreprises, elle n'ont pas besoin de ça. Surtout si la mise en examen rejaillit négativement sur orange à l'international (le national, tout le monde s'en fiche, les Français n'ayant d’existence qu'en terme de rentrées fiscales). cdlt

Votre réponse
Postez un commentaire