En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La CDC pourrait relancer le viager
 

Les rumeurs se font de plus en plus insistantes: la Caisse des dépôts et consignation serait en train de réfléchir à la création d'un fonds. Il servirait à acheter des logements en viager.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • bleulesphares
    bleulesphares     

    Les commentaires que l'on peut lire ici et là suite de différents articles sur la question sont révélateurs d'une certaine vision populiste de la mobilisation des actifs résidentiels en cas d'initiative à signature " publique"
    Le fonds d’investissement sera doté de 100 millions. = cela fait que 600/700 biens mais les effets d'annonce apparemment ne sont pas maitrisés
    1/ la précaution introduite par le président du conseil de surveillance de la CDC (rachat possible par les enfants) est contre productive si on n'énonce pas la règle de fixation du prix et du mode de paiement. 2/ le transfert de propriété découlant de l'achat en viager laisse le risque pour les enfants d'obligation alimentaire pour financer un séjour en Ephad (puisque la résidence aura été vendue).
    C'est pourquoi un système de mobilisation de cet actif par une intermédiation institutionnelle doit intégrer cet aspect. Au pire la CDC paiera le bien et les départements l'Aide sociale à l’hébergement car la récupération sur succession ne sera plus possible, le bien ayant été vendu.
    Quant au rachat après décès par les enfants, comment le concilier avec un objectif de rentabilité minimale pour l'investisseur ? Au coût cumulé des rentes versées doit s’ajouter un rendement et quid de la situation des décès prématurés si l’on veut par cela compenser la longévité ?
    Une offre vraiment pertinente devra intégrer à la fois la trajectoire résidentielle en intégrant le cas d'une dépendance lourde et, selon moi un " bouclier patrimonial " en direction de la succession car elle représente la justifi,cation et le caractère finalement altruiste de l'enrichissement sans cause personnelle venant de l’immobilier.
    L’ innovation requiert d’aborder la complexité de la question. Copier ce qui se fait dans un micro marché de 0.5% des transactions ne changera rien à la donne générale .Tout au plus, on dira qu’on s’en occupe dans la sphère publique. Dommage car l’enjeu de la mobilisation des actifs résidentiel pour permettre de bien vieillir chez soi est un défi pour demain

  • bonzai
    bonzai     

    CELA N'ARRIVERA PAS AUX SENATEURS DE METTRE LEUR PETITE MAISON EN VIAGER POUR PAYER LEUR RETRAITE.

Votre réponse
Postez un commentaire