En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le Crédit Agricole table sur des baisses de prix de 2% cette année et de 3% en 2016.
 

A défaut de reprise, le marché de l'ancien est en phase de stabilisation, selon une étude de marché du Crédit agricole. La banque n'exclut pas de nouvelles baisses de prix à venir, bien que légères.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • jeanlf
    jeanlf     

    En temps d'éclatement de bulle immobilière, il faut vendre aux premiers signes et louer en attendant que les prix se stabilisent.

    Tous les riches et bien informés le font. (Même l'état, qui est accusé de brader ses biens.)
    Rien n'empêche l'état de racheter les biens par la suite, lorsque les prix se seront stabilisés.

    Le livret A est descendu à 0,75%. C'est le point d'ancrage des foules avec l'inflation. Or le taux réel est la différence entre le taux d'emprunt et l'inflation. C'est le taux réel qu'il faut considérer avant de se lancer dans l'immobilier. En ce moment, il n'est pas fameux, et il s'empire. Bref. Oui, il y a d'autres arguments supplémentaires pour fuir l'immobilier.

    Mais certains continueront de faire l'autruche jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

  • thunderfox
    thunderfox     

    "Il ne fera pas bon d'être propriétaire durant l'éclatement de la bulle immobilière" : Ok, sauf si c'est pour se loger. Bulle, crise, krach ou pas.

  • jeanlf
    jeanlf     

    Le chomage est toujours élevé (voir meme en augmentation).
    Les emplois sont toujours précaires.
    L'indice de tension immobilière (iti) est tourjours proche de 0,4.
    Il y a toujours 2,5 vendeurs par achteur en France.
    Le papy-boom (qui durera 30ans) va empirer cet indice "iti".
    Les retraités fuient toujours la France pour le portugal et la thailande etc...
    Les loyers baissent et les taxes augmentent ( 20% d'ici 2017).
    Pour vendre aux enchères un bien immobilier, il vous faudra prendre RDV 12 mois à l'avance chez le notaire, tellement ils sont débordés de telles demandes.
    La rentabilité locative est plus que jamais en berne.
    Les investisseurs fuient l'immobilier en masse, engorgeant d'autant plus l'offre, face à une demande toujours aussi faible.
    La conjoncture est moins bonne qu'en 1998, et il est probable qu'on assiste à un retour aux prix de 1998.
    De plus en plus de gens ont besoin de garder leur mobilité pour s'adapter au marché du travail. C'est incompatible avec la propriété actuellement.
    Ajoutez à cela qu'une augmentation de 1% des taux d'emprunts entraine mécaniquement une baisse de 15% des prix des vendeurs. Un enorme manque à gagner pour eux.
    Chacun de ces arguments est suffisants pour justifier une baisse de l'immobilier, alors en cumulé... Il n'est pas du tout exclu d'assister à une vente panique et à un retour aux prix de 1998-2000 d'ici pas longtemps.
    Il ne fera pas bon d'être propriétaire durant l'éclatement de la bulle immobilière.

    jogny
    jogny      (réponse à jeanlf)

    Vous avez trés bien résumé la situation , aucun doute sur la bulle immobilière qui vat éclater d'ici peu .Malheureusement bon nombre d'acquéreurs vont y laisser des plumes si ceux ci veulent vendre pour obtenir des liquidités.

Votre réponse
Postez un commentaire