En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

La retraite complémentaire des cadres au bord du gouffre. Comment la sauver?            

Mis à jour le
Cadres dans le quartier de la Défense
 

Sans réforme rapide, le régime de retraite complémentaire des cadres sera à sec en 2018. Les partenaires sociaux entament ce mardi 17 février des négociations pour trouver les moyens d'éviter la faillite. Difficile de ne pas demander aux cadres de travailler plus longtemps. 

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • auditeur
    auditeur     

    Même genre de motif (et de punition) pour le travail féminin : Autrefois il y avait peu de femmes cotisantes alors qu'il fallait verser des retraites (reversion ou autre) à des femmes n'ayant pas cotisé : Aujourd'hui on sort de la phase inverse, le travail salarié féminin s'est développé et cette cause de déficit pour les caisses de répartition devrait se résoudre d'elle même au fil du temps.

  • auditeur
    auditeur     

    Je me demande si l'Etat n'a pas une dette vis à vis des caisses de retraites par répartition : Lorsqu'elles ont été créées (en 1945) il y avait une majorité de cotisants, les caisses auraient donc du être fortement bénéficiaires et pouvoir constituer un "matelas" pour les éventuels aléas à venir (tel que le baby boom par exemple) ... Or il faillait bien verser des retraites aux anciens salariés d'alors qui n'avaient pas cotisé durant leur carrière, et pour cause, puisque les caisses n'existaient pas encore ... Ces retraites aux salariés n'ayant pas cotisé ont elles alors été versées par l'Etat ou bien les nouvelles cotisations des nouvelles caisses ont elles aussi été mises à contribution (ce qui me parait le plus vraisemblable).
    Il y a eu aussi une époque (celle où le babyboom étant en activité) ou les retraites ont été généreuses, les salaires des employés et administrateurs au moment où ces caisses "roulaient sur l'or" généreux aussi, alors qu'il aurait fallu gonfler le matelas de réserves.

  • pericles
    pericles     

    La baisse des salaires occasionnée par les 35 heures et la hausse du plafond sécu ont sonné le glas des cotisations de tranche B , voilà ou le problème se situe . peut de cadres gagnent au delà des 3200€ nécessaires à alimenter l'AGIRC .

    pericles
    pericles      (réponse à pericles)

    correction "peu de cadres "

Votre réponse
Postez un commentaire