En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La sncf touchera 3,4 milliards en 2013 pour payer les retraites des cheminots
 

Face à l'aggravation du déficit des retraites, le gouvernement va devoir accélérer la réforme qu'il envisageait au mieux pour 2014. Autre urgence : les régimes spéciaux de retraites : malgré la réforme de 2008, le budget devra encore verser 6,5 milliards d'euros l'an prochain pour les équilibrer.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFM Business

Newsletter BFM Business

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

21 opinions
  • sarah040000
    sarah040000     

    que des gaspillages ...les élus bien servis les régimes spéciaux la réforme des retraites devra aussi y penser !!!!!!!!!!

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    En résumé : un sénateur coûte près d’un million d’euros aux contribuables, ce qui revient à 343 millions d’euros par an !
    Plus il y a de déficit et plus les dépenses de nos élus sont indécentes, à croire qu'en désespoir de cause ils veulent mettre le pays au fond du trou.!!!!!!!!!
    ll y a un bon coup de balai à donner, de tout bord politique...

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    Les sénateurs peuvent aussi cotiser double et le rendement de leur régime est équivalent à celui des députés. Leur caisse fonctionne, en partie, par capitalisation. Les cotisations couvrent 43% des dépenses, le reste est financé par les intérêts de leurs placements. Leur régime a le mérite d'être bien géré puisque fin 2008, leur caisse était excédentaire de 575 millions d’euros, ce qui leur permet d'assurer 23 années de prestations. Dernier avantage de nos élus : en cas de décès, le veuf ou la veuve reçoit 66% de la pension du défunt, sans condition de ressources. Or, dans le privé, les conditions pour recevoir une pension de réversion sont tellement drastiques que le conjoint survivant ne perçoit rien du régime général dès lors que ses ressources personnelles dépassent 1528 euros par mois. DÉTAIL INCOMPRÉHENSIBLE, DANS CET OCÉAN DE GASPILLAGES nous parlons bien de justice sociale là !! ou d'efficacité budgétaire !!!!! les privilèges INDUS que profitent nos sénateurs nous laissent quand même un gout AMER. C'EST LE "cancer de notre société" !!!!!!!!!!

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    Le régime de retraite des députés fonctionne par répartition, mais leur caisse n’est alimentée qu’à hauteur de 12 % par des cotisations. Le solde du financement est assuré par une subvention votée par les… parlementaires et payée par l’Etat, donc les contribuables. Le régime des députés coûte aux Français la bagatelle de 52 millions d’euros par an, sur les 60 millions de prestations versées. Autre avantage : ils peuvent cotiser double pendant 15 ans, puis 1,5 fois les 5 années suivantes. Ils auraient tort de s’en priver puisque le rendement de leur régime est imbattable : pour un euro cotisé, un député touchera 6 euros à la retraite, contre 1 à 1,5 euro pour un Français lambda. Ainsi, en seulement 22,5 années un député validera l’équivalent d’une carrière pleine, soit quarante annuités. EN CES TEMPS DE RESTRICTIONS BUDGÉTAIRES C'EST INIMAGINABLE !!!!!!!!!!!!!!!!

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    Alors qu’ils sont censés donner l’exemple, députés et sénateurs bénéficient de régimes spéciaux particulièrement avantageux. Un seul mandat de cinq ans permet aux députés de percevoir une retraite de 1.550 euros ce qui correspond, à ce que touche, en moyenne, un salarié du privé, après 40 années de travail. Mieux encore, la quasi-totalité d’entre eux cumule cette pension avec d’autres pensions, notamment celle d’élu local.La pension mensuelle moyenne de retraite d'un Sénateur, hors majoration pour enfants, était au 1er décembre 2012 de 4.442 € net. CA FRISE L’INDÉCENCE EN PÉRIODE D’AUSTÉRITÉ !!!!!!!!!!!!!!

  • Rejane Vauvert
    Rejane Vauvert     

    SCANDALEUX LES SENATEURS DEPUTES SONT LES PREMIERS A QUI ON DOIT BAISSER LEURS RETRAITE AVEC TOUTS QUIL EMPOCHE HONTEUX DE TAPER TOUJOURS SUR NOUS LES PAUVRES GAUCHE ET DROITE NE VOIT LEURS INTERETS A EUX LES PLACE SONT TELLEMENT MESSIEURS MESDAMES PAS TOUCHE A VOTRE PORTE MONNAIE SINON SAIT LA GROGNE MAIS NOUS LES PAUVRES OUI GAUCHE COMME DROITE IDEM LAMENTABLE VIVAIT COMME NOUS VOUS ALLAIS VITE COMPRENDRE SE QUI ET DE VIVRE AVEC SALAIRE DE MISERE ET RETRAITRE MISERABLE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • claranne
    claranne     

    et le régime de retraite des ministres? des députés et sénateurs?? eux qui touchent à vie s'ils ont fait 6 mois de ministère ou 1 mandat de député... scandaleux non? mais ils ne vont pas se taxer, ils préfèrent taxer les autres....

  • Pas pigeon
    Pas pigeon     

    Ce que l’on appelle retraite comporte deux aspects :
    les conditions avant la liquidation (modalités de départ),
    et les conditions après la liquidation (évolutions de la pension)
    Tout ce qui concerne les conditions de départ en retraite relève des avantages acquis (âge, montant initial de la pension,…), des négociations dans l'entreprise et de la Loi.
    Les conditions d’évolution après la liquidation n’ont plus rien à voir avec ce que l’on a connu, et ne relèvent plus d’avantages acquis.
    En effet, de nombreux régimes spéciaux se sont séparés de la charge du paiement des pensions, en confiant ce soin au régime général (exemple d' EDF), après avoir payé une soulte pour compenser des rapports (nombre de retraités/nombres de cotisants) très défavorables.
    On a tendance à oublier, et c'est là le point le plus important, que certains régimes accordaient à leurs retraités des augmentations annuelles semblables à celles de leurs salariés actifs.
    Avec ce système de revalorisation des pensions, on pouvait par exemple arriver, en comparant deux montants de pensions (une affiliée à un régime spécial, et l’autre au régime général), identiques au moment de la liquidation, à un doublement de l'une par rapport à l'autre au bout de 31 ans , en présence d'un coup de pouce supplémentaire de 2,2 % chaque année.
    Je sais que 31 ans de retraite, c'est un peu optimiste, mais cela donne une idée des décalages obtenus en cumulant ces écarts année après année.

    On comprend ainsi la raison cachée qui a poussé les partenaires sociaux (entreprises et syndicats la main dans la main) de ces régimes spéciaux à se « débarrasser » de la charge de leurs retraités.

    Il serait maintenant inimaginable, et c’est à vérifier au cas par cas, que certains retraités de ces entreprises continuent de bénéficier d’augmentations supérieures à celles du régime général, alors qu’ils sont intégrés maintenant à ce régime commun, et que surtout les cotisations de leurs actifs n’augmentent pas pour compenser cet écart.

  • pat352
    pat352     

    La "générosité" nationale ? Combien paierait pour ces régimes si il n'y avait pas la police ? 180 milliards de déficits RFF & SNCF + le prix du billet + les régimes spéciaux pour quel service ?

  • sarah040000
    sarah040000     

    et bien MM HOLLANDE et AYRAULT, il faut( participer à l'effort et tous devont participer ..... alors pourquoi conserver encore et encore ces régimes spéciaux qui nous coutent 6, 2 MILLIARDS D EUROS !!!!!! HONTEUX ET SCANDALEUX quand nous, dans le privé on paie tous les impots et taxes et les retraites de privilégiés de fonctionnaires ..mais nous savons que votre courage politique s'arrête où commence votre choix pour vos électeurs ....hypocrites , menteurs, clientélisme encore ..... vous n'êtes que des rigolos bons à foutre dehors !!!!!!!!

Lire la suite des opinions (21)

Votre réponse
Postez un commentaire