35 % des entreprises françaises estiment que les principales fraudes dont elles sont victimes proviennent de la cybercriminalité.