Allons-nous vraiment assister à la fin du courriel ?