Attaques et parades à l'heure du web 2.0