Comment ne pas faire rimer free-lance avec solitude