Du rififi chez Mercury

L'éditeur n'a pas su répondre aux injonctions de la SEC. Suite aux malversations impliquant d'anciens dirigeants, il devait livrer trois années de résultats amendés au plus tard le 3 janvier dernier.