Editeurs et SSII à la recherche d'un consensus sur l'open source

Editeurs et SSII à la recherche d'un consensus sur l'open source
 

Le Syntec prône une utilisation mixte de logiciels libres et propriétaires. Et déplore que l'administration favorise les premiers.

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • yopopop
    yopopop     

    Pour une administration publique il est indéniable que la maîtrise du coût de mise en oeuvre et les coûts des licences est important.

    Mais ça n'est pas la raison principale du choix des logiciels libres. Il y a des raisons stratégiques et de souveraineté de l'état en jeu.

    En effet, pour des raisons évidentes, il est important que les administrations publiques soient indépendantes vis-à-vis d'une entreprise privée. Or les logiciels et formats de données propriétaires lient le plus souvent les utilisateurs à l'éditeur. C'est-à-dire que vos données sont inexploitables si vous n'utilisez pas le logiciel d'un éditeur particulier (exemple du format propriétaire et fermé Word). Autrement dit, [g]vos données ne vous appartiennent pas[/g] mais appartiennent à l'éditeur du logiciel qui a permis de les créer.
    C'est un peu [g]comme si l'Etat enfermait ses données dans un coffre fort dont il ne possède pas la clé[/g]. Une entreprise privée possède cette clé. A tout moment, cette entreprise peut menacer de ne plus fournir la clé.

    Les logiciels libres étant basés sur des formats et standards ouverts, le problème ne se pose pas. Si l'éditeur du logiciel libre décide de ne plus maintenir ou supporter tel format de fichier ou tel logiciel, il est possible de faire appel à une société de service (par exemple) pour assurer la maintenance ou une migration.

    Sans parler des problèmes de concurrence déloyales que génèrent les formats fermés. Les formats ouverts redonnent le choix à l'utilisateur : il choisira un logiciel parce qu'il est meilleur et non parce qu'il est obligé de le choisir (pour cause de compatibilité avec ses données)

  • cyberami92
    cyberami92     

    L'administration ne favorise en rien l'Open Source ! Elle utilise au mieux ses budgets .

    L'administration n'a pas 500 Euros par an et par fonctionnaire à dépenser pour ses postes clients . L'administration n'a pas non plus vocation à soutenir des emplois de commerciaux chez Microsoft qui ne créent aucune richesse !*

    L'administration fait des appels d'offres et TOUT LE MONDE peut y répondre . Si certaines stratégies commerciales visent à restreindre les droits des utilisateurs quand à l'utilisation qui est faite des logiciels , c'est quand même pas de la faute à l'Administration !

    Si il se crée des emplois dans le logiciel libre , c'est le principal et même si ça fait vase communiquant avec le logiciel propriétaire : ou est le probléme ?

    Les maisons en béton et en brique ont bien remplacé les maisons en torchi pour le bonheur des habitants mais on a pas supprimé les maçons ou les architectes pour autant !

Votre réponse
Postez un commentaire