IBM fait mieux que résister à la crise